Prosper Avril toujours en prison en dépit d’un nouvel ordre de libération

202

L’ex-président du gouvernement militaire, Prosper Avril, est toujours détenu en dépit de la décision de libération arrêtée, le jeudi 11 avril 2002, par la Cour d’Appel à Port-au-Prince. Trois (3) jours après l’ordonnance de mise en liberté de la Cour d’Appel en faveur de Prosper Avril, l’ancien président du gouvernement militaire de 1988 à 1990 n’est toujours pas fixé sur son sort . La procédure administrative d’élargissement a été enclenchée au niveau du Parquet, selon l’avocat de l’ex-général, Maitre Reynold Georges . L’homme de loi annonce avoir soumis le dossier au bureau du commissaire du gouvernement et espère pour ce lundi 15 avril la libération de son client. Toutefois, Maitre Georges dénonce et qualifie de dilatoire le comportement des autorités du Parquet qui auraient porté l’affaire en Cassation. L’avocat de Prosper Avril tout en reconnaissant la légalité de cette démarche lance une mise en garde aux autorités gouvernementales en ce qui a trait à l’exécution de l’arrêt de la Cour d’appel qui est suspensif. Reynold Georges rappelle que l’affaire a déjà été en Cassation. Le plaignant Marino Etienne entend lui aussi se soumettre le dossier en Cassation. L’ancien prisonnier de la Toussaint critique la décision de la Cour d’appel. Pour Marino Etienne, ce jugement prouve à quel point la justice haïtienne est corrompue. Le 14 mars dernier, la Cour d’appel avait auditionné l’ancien président du gouvernement militaire Prosper Avril accusé de torture par l’un des prisonniers de la Toussaint, Marino Etienne , en novembre 1989. Lors de cette séance au Palais de justice de Port-au-Prince, les avocats de l’ancien général avaient dénoncé le  » caractère injuste » de l’ordonnance de renvoi au Tribunal criminel rendu par le juge d’instruction Josua Agnant contre le prévenu, le 21 janvier dernier. Il a été demandé aux magistrats de la Cour d’Appel d’infirmer l’ordonnance du juge Agnant pour défaut de fondement et vices de forme. Prosper Avril est détenu depuis le 26 mai 2001. Il a été arrêté au moment de la signature d’un livre sur l’insécurité entre 1995 et 2000. L’épouse du général Prosper Avril dénonce le maintien en prison de l’ex-président du gouvernement militaire en dépit de l’arrêt rendu par la Cour d’Appel. Dans une intervention sur Radio Métropole, le vendredi 12 avril dernier , Madame Marie Ange Avril a qualifié d’anormal le comportement de l’appareil judiciaire haïtien et exige l’élargissement de son mari. Elle souhaite que l’opinion publique nationale et internationale prenne note de ce nouvel accroc au fonctionnement de la justice.

Publicité