Réponse gouvernementale au Coronavirus, Rosny Desroche déplore un manque de transparence

345

Un  ensemble d’organisations de protection des droits humains tant haïtiennes qu’étrangères se sont données pour mission d’évaluer l’efficacité  de l’action du gouvernement pour faire face à la première vague du coronavirus, du 25 mars au 31 octobre 2020. Parmi ces organisations, l’Initiative de la Société Civile dirigée par le professeur Rosny Desroche, qui s’est montré dans l’ensemble modérément satisfait des résultats de l’enquête réalisée :

«  D’abord il faut reconnaitre que des efforts de transparence  ont été consentis par l’état haïtiens mais dans l’ensemble cela reste encore insuffisant. Si le ministère des finances s’est montré très ouvert et a démontré sa bonne organisation en produisant des bases de données complètes, d’autres institutions n’ont pas fait preuve de la même bonne volonté, ni du même souci d’efficacité. »

Dans le viseur du responsable de l’ISC : le ministère de la Santé qui n’a pas transmis certaines données concernant la répartition des équipements médicaux achetés en Chine, dans les différents centres de traitement du COVID. Indexées également dans le rapport, les instances locales, comme les délégués qui ont rarement répondu aux sollicitations des enquêteurs.

Ce que l’ancien ministre de l’éducation juge inquiétant dans la mesure où la santé a reçu 68% des décaissements et où les responsables locaux ont eu à gérer la réponse au plus près des citoyens.

Par ailleurs Rosny Desroche point du doigt des contradictions au niveau du système de contrôle des dépenses dans la mesure où, selon lui, la Commission nationale de passation des marchés publics et la Cour des comptes produisent souvent des verdicts contradictoires. A ce niveau il prône un strict partage de la fonction de contrôle entre ces deux institutions. La Cour supérieure des comptes devant s’accentuer sur un travail effectué à posteriori, selon lui.

Malgré les efforts des autorités ces dernières années une administration plus rigoureuse et plus performante aurait sans doute permis un meilleur rendement des deux milliards de gourdes décaissés par l’état pour faire face à la première vague du COVID-19 affirme le responsable de l’ISC.

AL/ Rosny Desroche