Reprise des discussions de sortie de crise bientôt , selon Yvon Neptune

251

Le premier ministre Lavalas, Yvon Neptune , annonce la reprise des négociations politiques après la publication des résultats de l’enquête sur les évènements du 17 décembre 2001. M. Neptune précise que la justice haitienne doit déterminer le mobile des auteurs de l’attaque contre le Palais National qui voulaient attenter à la vie du président de la République, Jean Bertrand Aristide . Le chef du gouvernement a tenu ses propos en marge de la cérémonie commémorative du 200 ème anniversaire de la Bataille de la Crête-à-Pierrot à la Petite Rivière de l’Artibonite, le samedi 23 mars 2002. L’Organisation des Etats Américains (OEA)réclame une enquête indépendante sur les violences du 17 décembre marqués par une attaque d’inconnus armés contre le Palais National et la mise à sac et l’incendie des locaux des principaux partis de l’Opposition. A la suite de ces évènements, l’OEA , médiateur dans la crise haitienne, a décidé de surseoir au processus de négociations entre le parti au pouvoir Fanmi Lavalas et la Convergence. L’organisation régionale attend un rapport du secrétaire général César Gaviria le 31 mars sur la mise en oeuvre de la résolution du 15 janvier 2002 qui prévoit notamment le déploiement d’une mission d’enquête sur ces violences . Le vendredi 22 mars , la Convergence a pu tenir son premier rassemblement public depuis ces violences . Le premier ministre Yvon Neptune a salué à l’occasion le comportement de la Police Nationale d’Haiti (PNH) . Le chef du gouvernement en a profité pour réitérer la volonté de l’Exécutif Lavalas de faciliter la repise des négociations et a indiqué que l’alternative que souhaite constituer la Convergence doit passer par les urnes. Pendant ce temps, le ministre chargé des négociations, Marc Louis Bazin, sollicite la coopération de toutes les forces vives du pays dans le cadre de la reprise éventuelle du dialogue entre l’Opposition et le Pouvoir pour sortir le pays de l’impasse. M. Bazin qui a pour mission de faciliter la création d’un climat propice aux négociations reconnait la complexité de la tâche qui lui est confiée par le président Aristide. “ J’ai décidé d’en accepter les risques et je compte , pour la mener à bien, sur l’aide de tous les secteurs politiques et sociaux notamment les églises, la société civile, le secteur privé et la Communauté internationale”, a déclaré Marc L. Bazin dans une note publiée le vendredi 22 mars .

Publicité