Trois journées de deuil en Haïti pour saluer la mémoire du Pape

257

L’actualité est largement dominée par la mort, dans la soirée du samedi 2 avril 2005 du pape Jean Paul II, à Rome, au Vatican dans son appartement. La santé du souverain pontife, 84 ans, s’était détériorée jeudi. Dès vendredi, au niveau du Saint-Siège, les responsables avaient affirmé qu’il n’y avait plus d’espoir. Un peu partout à travers le monde, c’est la consternation après la disparition de Jean Paul II. On salue le départ d’un homme de paix, de dialogue et d’un défenseur de la liberté. Des journées de deuil ont été décrétées dans plusieurs pays pour saluer la mémoire du premier Pape polonais de l’histoire qui a passé 26 ans à la tête de l’Eglise catholique. En Haïti, les drapeaux sont en berne depuis dimanche et ceci jusqu’à ce mardi. Trois jours de deuil pour rendre hommage à Jean Paul II qui avait visité le pays en 1983 où il avait appelé au changement et à l’accomplissement de la justice. Le Premier ministre Gérard Latortue parle de grande perte pour le pays et l’humanité. Pour sa part, le Président de la République, Boniface Alexandre, devait présenter ses sympathies, dans la matinée de ce lundi, au Nonce Apostolique, Mgr. Mario Giordona. Les catholiques, à travers le monde, 1 milliard, sont dans le deuil. En Haïti, c’est l’émotion au sein des fidèles qui étaient nombreux, dimanche, lors de la clôture du 11e congrès du Renouveau Charismatique, à prier pour Jean Paul II. Les évêques haïtiens sont sous également le choc. Ils se souviennent d’un Pape avec une grande personnalité prônant des valeurs universelles.C’est le cas du secrétaire général de la conférence épiscopale, Joseph Lafontant qui était du comité organisateur de l’arrivée du Pape en 1983. Les évêques se réunissent dans la soirée de ce lundi pour décider de l’organisation des cérémonies à l’occasion du départ de Karol Wojtyla. Les funérailles de Jean Paul II doivent avoir lieu à Rome, vendredi prochain. La dépouille est exposée depuis dimanche. Les fidèles, les dignitaires du monde entier affluent à Rome de même que les 117 cardinaux qui auront à élire le successeur de ce Pape qui a marqué l’histoire du monde.

Publicité