Un ancien consul se résigne à une intervention militaire

792

L’ancien consul général d’Haïti à Montréal (Canada), M. Fritz Dorvilier, faute de mieux, se résigne à accepter une intervention militaire étrangère en Haïti. Pour lui il s’agit de l’unique solution viable pour sortir du chaos actuel puisqu’aucun des droits humains n’est respecté en Haïti.


Il juge qu’une intervention, qui ne serait pas une occupation, pourrait être bénéfique sous le leadership du Canada.
Toutefois il se dit opposé à une intervention sans mandat du Conseil de sécurité des Nations Unies. Ce serait une violation des droits et une invasion, confie t-il.


De l’avis de M. Dorvilier les troupes étrangères doivent ramener la paix et la stabilité condition sine qua none au développement économique.


Interrogé sur la crise politique, il se prononce en faveur d’un remaniement du gouvernement ou de la formation d’un gouvernement de technocrate devant réaliser les élections dans un délai d’un an.


Le professeur Dorvilier avait été récemment rappelé de son poste de consul sur requête du gouvernement canadien. Une déclaration qualifiant d’injuste le retard dans la livraison des matériels à la PNH lui avait value cette sanction.
Le diplomate assume et ne regrette rien. il soutient que sa déclaration est patriotique et s’inscrit dans la droite ligne de son cheminement.


Pour le diplomate haïtien il n’avait pas violé les conventions internationales.
Il inscrit sa démarche dans le cadre d’une diplomatie morale, la seule qui puisse être efficace pour les pays sous développés.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité