Un commissaire électoral dénonce le rapport

204

L’un des membres de la commission indépendante d’évaluation électorale, Gédéon Jean, a dénoncé le rapport soumis hier au chef de l’état haïtien.Le représentant du Réseau National de Défense des Droits Humain (RNDDH) critique le refus des autres membres de la commission d’exiger un recomptage des bulletins dans le cadre d’une évaluation approfondie du scrutin. Pour M. Jean les cas de graves irrégularités assimilables à de fraudes massives enregistrés sur 15 % des Procès verbaux recommandent une enquête approfondie de l’ensemble des procès verbaux.Le défenseur des droits humains juge qu’un recomptage des bulletins est indispensable afin de respecter le vote populaire.Il soutient que son organisation ne réclame pas l’annulation du scrutin mais une épuration du processus. Rappelant que le droit de vote est lié au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, M. Jean a assuré qu’il présentera dans une correspondance son opinion dissidente à l’opinion publique. De son coté, le coordonnateur de la commission, Armand Louis, a fait valoir que les 4 autres membres de la commission n’ont pas voulu ajouter l’expression  » recomptage  » dans le document.Pour lui un réexamen approfondi implique un recomptage des procès verbaux. La commission a noté des cas de graves irrégularités telles des votants ayant soumis de fausses Carte d’Identification Nationale (CIN) et des votes non enregistrés dans la liste d’émargement. M. Jean soutient que les cas d’irrégularités graves assimilables à de fraudes massives peuvent influencer le résultat du scrutin. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité