Une agence de sécurité peut démanteler rapidement les gangs révèle Ady Jean Gardy

333

Le problème des gangs peut être réglé à court terme, c’est l’avis du journaliste d’investigation, M. Ady Jean Gardy.
Il recommande le recours à une agence multinationale privée de sécurité qui sera financée avec des fonds disponibles pour Haïti et gérés par l’ONU.


Il faudrait en moyenne 10 millions de dollars sur trois mois pour ces militaires sous contrat avec l’État haïtien pour rétablir la conexion entre les villes haïtiennes.
L’ONU dispose d’une enveloppe de 180 millions de dollars pour la sécurité en Haïti.


M. Jean Gardy précise qu’il ne s’agit nullement de mercenaires mais de militaires, de policiers et d’experts sous contrat avec l’État haïtien.
Il soutient que cette formule a été utilisée avec succès en Centrafrique et au Mali.


L’Agence internationale pourra solliciter auprès du conseil de sécurité la levée de l’embargo sur les armes imposé à Haïti.


De l’avis de l’ex ministre de la culture et de la communication, une centaine d’experts et de militaires, disposant de drones et des technologies de la communication, peuvent venir à bout des gangs qui sèment la terreur notamment dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.


Il s’indigne de la fermeture de la secrétairie d’état à la sécurité publique, faisant valoir que cette instance devrait avoir la charge de superviser et contrôler la mise à exécution du plan en collaboration avec la Police Nationale.


M. Jean Gardy critique vertement le gouvernement qu’il qualifie d’anti national qui se contente de quémander l’intervention armée internationale illégale et inconstitutionelle.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité