Vers une amélioration dans la distribution du courant électrique dans la région métropolitaine.

207

Les dispositions nécessaires en vue de garantir le fonctionnement des centrales de l’EDH ont été prises, annonce le ministre sans portefeuille et porte-parole du gouvernement haïtien, Robert Ulysse. A la lumière des déclarations faites par le porte-parole du gouvernement, Port-au-Prince doit, dans les prochains jours, bénéficier de 8 à 10 heures de courant par jour, en attendant de trouver une solution définitive à la grave crise du « black-out ». Il ne s’agit pas de simples paroles en l’air, précise Robert Ulysse. Des fonds ont été décaissés en urgence pour l’achat de fuel afin de faire tourner les moteurs de l’EDH. Mais le gouvernement Latortue/Boniface se veut pragmatique, pas de promesse à veau l’eau. Toutes les dispositions en vue du fonctionnement à plein rendement de l’EDH ont été prises. En attendant d’atteindre sa vitesse de croisière, la compagnie nationale d’électricité ne peut se défaire totalement de l’aide d’autres entreprises. Actuellement, le gouvernement planche sur les contrats passés entre l’ancienne administration et les compagnies Asservine et Sogener pour la fourniture de courant électrique. Les villes de province qui font face également à la grave crise du courant électrique seront prises en compte. Là encore, le gouvernement se veut pragmatique en rappelant qu’il est une équipe de transition. La crise du « black-out » doit être traitée dans toutes ses dimensions. Trop souvent, la politique prime sur le volet technique, estiment des employés syndiqués de l’Electricité d’Haïti. Ils n’ont pas cessé de dénoncer la mauvaise gestion de la compagnie qui, depuis des années, fonctionne à perte.

Publicité