Visite du Premier ministre aux Gonaïves. Latortue promet de satisfaire les revendications des victimes de l’ancien régime

188

Le Premier ministre, Gérard Latortue, a été chaudement accueilli aux Gonaïves, sa ville natale, le samedi 20 mars 2004, par plusieurs milliers d’habitants de la Cité de l’Indépendance. M. Latortue, arrivé à bord d’un hélicoptère américain, a fait bon nombre de promesses pour changer les conditions de vie des gonaïviens. Sur la liste des réalisations à effectuer et pour lesquelles l’argent est disponible, affirme Latortue, on retrouve la reconstruction du tronçon Saint-Marc/Gonaïves, la construction d’une école polytechnique, d’un stade de football et d’une centaine de logements sociaux à Raboteau. Le quartier populaire de Rabotau a été en maintes reprises attaqué par des partisans du président déchu Jean Bertrand Aristide et des agents des forces spécialisés de la Police nationale dans le cadre des hostilités qui avaient été déclenchées suite à l’assassinat du chef de l’ex-armée Cannibale, Amiot Métayer. Plusieurs dizaines de membres de la population du quartier de rabotau avaient été tués et plus d’une centaines de maisonnettes incendiées, selon des organisations de défense des droits humains. A l’occasion de la visite du chef du gouvernement , des ex-rebelles ont remis des armes à feu aux autorités compétentes. Cette cérémonie symbolique de remise d’armes s’est tenue dans un restaurant de la ville des Gonaïves où Gérard Latortue a clairement indiqué qu’il s’agissait d’un premier pas. M. Latortue qui, la veille, avait souscrit aux exigences constitutionnelles de déclaration de patrimoine, s’est engagé à travailler pour le rétablissement de la paix dans le pays. Après environ cinq (5) mois d’affrontements entre les membres armés du Front de Résistance de l’Artibonite et des agents de l’ordre à la solde de Jean Bertrand Aristide, la Cité de l’Indépendance présente l’allure d’une ville complètement sinistrée. Outre les maisonnettes incendiées dans le quartier de Rabotau, des bâtiments de l’Etat ont été détruits par les opposants au régime Lavalas. Le premier ministre Latortue qui a réclamé une minute de recueillement à la mémoire des victimes du régime Lavalas et une spécialement pour Amiot Métayer, était accompagné du ministre de l’intérieur, Hérard Abraham, de celui de la justice, Bernard Gousse , du représentant de l’OEA, David Lee , du commandant de la Force Multinationale , Ronald Coleman et du directeur général a.i. de la police, Léon Charles.

Publicité