Yvon Neptune critique les secteurs qui conditionnent leur présence au CEP

189

Le premier ministre , Yvon Neptune , s’en prend aux secteurs qui posent des conditions en vue de leur participation au Conseil Electoral Provisoire (CEP). Yvon Neptune rappelle que l’Accord Initial avait clairement défini la formule de création du nouveau CEP. Le Chef du Gouvernement parle de prétexte en ce qui a trait aux réticences dont font montre des secteurs de l’Opposition relatives à la constitution du Conseil Electoral. Le chef du gouvernement a laissé entendre qu’il n’y avait pas de conditions préalables à poser pour intégrer l’appareil électoral tel qu’indiqué dans la Résolution 822 de l’OEA. Réagissant aux propos du premier ministre, le dirigeant de l’Opposition , Paul Denis , indique que la Résolution 822 est un paquet et le gouvernement doit créer les conditions de sécurité pour garantir un processus électoral équitable . Le responsable de la Convergence ajoute que la principale coalition de l’Opposition est disposée à se faire représenter au CEP mais soutient que le Pouvoir Lavalas doit assumer ses responsabilités . Interrogé sur la stratégie que compte adopter la Convergence au cas où les secteurs impliqués dans la composition du CEP délèguent leurs représentants , Paul Denis répond que la coalition politique dont il est membre est attentif au choix des personnes à désigner par la société civile et ne donnera pas de « prétexte à Jean Bertrand Aristide pour accaparer le CEP » .Les déclarations du premier ministre Yvon Neptune interviennent 48 heures après l’annonce dans la presse d’une correspondance des Eglises , du secteur privé et des militants des droits humains au chef de l’Etat relative au climat de sécurité nécessaire au processus électoral . Dans cette lettre, les « secteurs non politiques » du prochain CEP ont également abordé la question du désarmement et celle d’une assistance technique internationale à la police susceptible de rassurer l’ensemble des secteurs.

Publicité