L’UE veut renforcer le partenariat avec les pays de l’Amérique latine et les Caraïbes

383

Le Haut représentant et la Commission européenne ont adopté ce vendredi une communication conjointe exposant un nouveau programme pour les relations entre l’UE et l’Amérique latine et les Caraïbes (ALC).

Selon un communiqué de l’UE, elle propose un partenariat stratégique renforcé et renouvelé, par l’intensification du dialogue politique, la stimulation du commerce et de l’investissement et la construction de sociétés plus durables, équitables et interconnectées, au moyen d’investissements au titre de la stratégie « Global Gateway ».

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a fait la déclaration suivante:

« Aujourd’hui, le partenariat stratégique UE-ALC est plus important que jamais. Nous sommes des alliés essentiels pour renforcer l’ordre international fondé sur des règles de droit et défendre ensemble la démocratie, les droits de l’homme ainsi que la paix et la sécurité internationales. Nous avons également intérêt à renforcer notre partenariat politique et notre dialogue politique, à lutter contre le changement climatique et à promouvoir une transformation numérique inclusive et centrée sur l’humain. Notre stratégie “Global Gateway” stimulera également les investissements et une coopération plus étroite. »

Lancée dans la perspective du sommet UE-CELAC qui se tiendra à Bruxelles les 17 et 18 juillet, la communication vise à réajuster et à renouveler les relations bi régionales. Elle formule une série de propositions dans des domaines clés:

  • un partenariat politique renouvelé;
  • renforcer le programme commercial commun;
  • déployer la stratégie d’investissement «Global Gateway» afin d’accélérer une transition écologique et numérique équitable et de lutter contre les inégalités;
  • collaborer en faveur de la justice et de la sécurité des citoyens et lutter ensemble contre la criminalité transnationale organisée;
  • œuvrer ensemble à la promotion de la paix et de la sécurité, de la démocratie, de l’État de droit, des droits de l’homme et de l’aide humanitaire;
  • mettre en place un partenariat dynamique centré sur les citoyens.

Principales propositions

Partenariat politique: la communication plaide en faveur d’un dialogue politique renouvelé selon une approche flexible et multidimensionnelle: entre les deux régions, avec les différents pays d’Amérique latine et des Caraïbes, les sous-régions et les enceintes multilatérales.

Au niveau bi régional, elle propose d’améliorer le dialogue entre l’UE et la Communauté des États latino-américains et des Caraïbes (CELAC), grâce à des sommets plus réguliers et à un mécanisme permanent de coordination.

Au niveau sous régional, les Caraïbes méritent une attention politique accrue, notamment par la finalisation de l’accord post-Cotonou, en plus du dialogue avec d’autres groupes sous‑régionaux tels que le Mercosur, le Système d’intégration de l’Amérique centrale (SICA), la Communauté andine ou l’Alliance du Pacifique.

Au niveau des relations bilatérales, la reprise des sommets avec le Brésil et le Mexique, qui sont des partenaires stratégiques, ainsi que la mise en place de mécanismes de dialogue politique avec un certain nombre de pays pour lesquels il n’en existe pas actuellement, sont également désignées comme des priorités. La communication propose également d’accroître la coopération au niveau multilatéral afin de relever conjointement les défis régionaux et mondiaux conformément à nos valeurs, intérêts et objectifs communs. Les deux régions ont intérêt à travailler ensemble à la réforme de l’architecture financière mondiale, en particulier des banques multilatérales de développement, et à l’institution d’un nouveau pacte de financement mondial.

Commerce: les accords commerciaux bilatéraux et régionaux sont un moteur essentiel des stratégies de croissance et de diversification dans les deux régions, ainsi que des catalyseurs d’un développement durable et inclusif. Grâce à ces accords, les échanges bilatéraux de marchandises ont augmenté de 40 % entre 2018 et 2022 et le volume total d’échanges bilatéraux de biens et services a atteint 369 milliards d’euros en 2022.

Des efforts sont en cours pour signer et ratifier l’accord modernisé avec le Chili, finaliser l’accord avec le Mexique et conclure l’accord avec le Mercosur. Une fois que les accords commerciaux avec l’Amérique centrale et la Colombie, le Pérou et l’Équateur auront été ratifiés par tous les États membres de l’UE, il conviendra d’envisager le renforcement de leurs dispositions en matière de durabilité. La poursuite de l’amélioration de la coopération UE-ALC au sein de l’OMC, ainsi que l’intensification des efforts déployés au niveau mondial pour diversifier les sources de matières premières et rendre les chaînes d’approvisionnement mondiales plus résilientes profiteront aux deux régions. L’UE continuera de travailler avec les partenaires d’Amérique latine et des Caraïbes pour contribuer à créer les conditions propices à des investissements durables, notamment en gérant conjointement l’impact de la législation relative au pacte vert pour l’Europe et en soutenant des cadres juridiques ouverts, stables et prévisibles.

« Global Gateway »: grâce à la stratégie d’investissement « Global Gateway», l’UE peut mobiliser des investissements de qualité pour contribuer à répondre aux besoins en infrastructures des régions, tout en apportant une valeur ajoutée locale et en promouvant la croissance, l’emploi et la cohésion sociale. Au-delà des investissements dans les infrastructures matérielles, « Global Gateway » soutient également le développement humain, y compris l’autonomisation des jeunes et des femmes, le renforcement de l’innovation, de l’éducation et des compétences, ainsi que la création d’un environnement économique et réglementaire favorable.

Le programme d’investissement « Global Gateway » UE-ALC est un engagement politique à travailler ensemble pour recenser les possibilités d’investissement écologique et numérique équitables en Amérique latine et aux Caraïbes, qui bénéficieront de l’environnement ouvert généré par les accords de commerce et d’investissement.

Dans le cadre du programme d’investissement, qui constituera l’un des résultats attendus les plus importants du sommet UE-CELAC, des investissements seront mobilisés, entre autres, dans les domaines des énergies renouvelables et de l’hydrogène vert, des matières premières critiques, de la décarbonation et des projets d’infrastructures de transport, de la connectivité 5G et du dernier kilomètre, de la numérisation pour les services publics, de la gestion durable des forêts, des produits de santé, de l’éducation et des compétences, et de la finance durable. 

Transition écologique: il existe d’importantes possibilités de coopération entre l’UE et l’Amérique latine et les Caraïbes pour progresser vers des économies neutres pour le climat, propres et favorables à la nature. La région a un potentiel unique en termes de biodiversité, de ressources naturelles, d’énergies renouvelables durables, de production agricole et de matières premières stratégiques critiques. Nous nous sommes engagés l’un comme l’autre à protéger la biodiversité, à mettre un terme à la déforestation, à promouvoir des économies circulaires, à améliorer la gestion des déchets et de l’eau, à accroître la productivité des ressources et à lutter contre la pollution, ainsi qu’à œuvrer en faveur d’économies neutres pour le climat, propres et favorables à la nature. Pour atteindre ces objectifs, la communication plaide en faveur d’un renforcement du partenariat sur la transition écologique, y compris au moyen d’un dialogue accru, du renforcement des cadres réglementaires et d’investissements au titre de la stratégie « Global Gateway ».

Numérique: tant l’UE que l’Amérique latine et les Caraïbes ont intérêt à mener des politiques numériques qui donnent aux citoyens et aux entreprises les moyens de bâtir un avenir numérique centré sur l’humain, durable et plus prospère.L’alliance numérique UE-ALC a été lancée en mars 2023 avec l’ambition de travailler conjointement à une transformation numérique inclusive et centrée sur l’humain dans les deux régions et de développer un dialogue bi régional et une coopération bi régionale portant sur l’éventail complet des défis numériques. Les deux régions peuvent tirer profit d’une coopération accrue dans un large éventail de domaines tels que la connectivité, le dialogue en matière de réglementation et le fait que les flux de données et l’espace de données soient libres et sûrs.

Croissance économique durable au service du développement humain: la communication présente des propositions visant à intensifier les efforts conjoints en vue d’une reprise socio‑économique solide et durable qui promeuve l’égalité et l’inclusion sociale, notamment par l’éducation et le développement des compétences, en accordant une attention particulière aux femmes et aux jeunes. Elle appelle à une coopération accrue dans le domaine de la recherche et de l’innovation, en tirant pleinement parti des possibilités offertes par le programme Horizon Europe et en élargissant les travaux conjoints sur la sécurité sanitaire ainsi que sur les systèmes alimentaires durables.

Sécurité des citoyens, justice, droits de l’homme et État de droit: la communication propose de consolider et de renforcer le partenariat dans le domaine de la justice et de la sécurité, afin de relever les défis communs posés par la criminalité transnationale organisée, y compris le commerce de la drogue et la traite des êtres humains. Elle souligne qu’il importe de renforcer la coopération en matière de droits de l’homme, y compris la non-discrimination et l’égalité entre les hommes et les femmes, et plaide en faveur d’une protection plus importante des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes. La communication propose aussi que des efforts conjoints soient consentis pour promouvoir la démocratie, l’état de droit et la bonne gouvernance, ainsi que la paix et la sécurité mondiales.

Un partenariat dynamique centré sur les citoyens: les citoyens sont au cœur de ce partenariat bi régional. Le dialogue avec les jeunes en Amérique latine et aux Caraïbes sera intensifié grâce à des initiatives telles que des comités consultatifs de jeunesse (Youth Sounding Boards) au niveau national. La communication propose d’intensifier la collaboration dans le domaine de l’éducation et de la recherche, par exemple au moyen de programmes d’échange clés, tels qu’Erasmus +, et de promouvoir la mobilité circulaire en s’appuyant sur le train de mesures «Compétences et talents» et en encourageant les réseaux interculturels et les initiatives conjointes, telles que la toute première participation de l’UE en tant qu’invité d’honneur à la foire internationale du livre de 2023 à Guadalajara, au Mexique.

CONTEXTE

L’UE et l’Amérique latine et les Caraïbes sont des alliés essentiels dans la défense et le renforcement du système international fondé sur des règles de droit. Ensemble, nous représentons près d’un tiers des membres des Nations unies. Nous soutenons fermement le droit international et la charte des Nations unies.

La région est vitale pour l’équilibre écologique de la planète, puisqu’elle représente plus de 50 % de la biodiversité de la planète. Elle est également un grand producteur de denrées alimentaires, représentant 14 % de la production alimentaire mondiale et 45 % du commerce international agroalimentaire net, ainsi qu’une véritable centrale d’énergies renouvelables (son bouquet de production est celui qui comprend la plus grande part d’énergies renouvelables au monde, soit 61 % en 2021).

L’UE et l’Amérique latine et les Caraïbes sont des partenaires étroits et fiables en matière de commerce et d’investissement et disposent de l’un des réseaux d’accords politiques, d’accords de coopération et d’accords commerciaux les plus denses au monde, auquel participent 27 des 33 pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Publicité