193 Personnalités Dénoncent le Pouvoir Lavalas

181

Ils sont près de deux cents intellectuels, artistes, prêtres, anciens dirigeants lavalas à dénoncer en choeur la dégradation du climat socio politique à travers une pétition. Dans ce document, les signataires, entre autres, Michel Hector, Mireille Pérodin Jérome, Laënnec Hurbon, Jean Casimir, Odette Roy Frombrun, le Réverend Père William Smarth, l’écrivain Yannick Lahens, Magalie Marcelin, Gary Victor ont exprimé leur nette opposition à dérive totalitaire que prend le pouvoir actuel. Ces intellectuels entendent, d’une part, faire obstacle à la démarche des dirigeants, et d’autre part, signaler à l’attention des Haïtiens mécontents de cette situation qu’ils ne sont pas seuls a en avoir ras le bol. Les signataires de la pétition ont déploré le fait que des Haïtiens soient obligés de prendre la fuite, l’exil de gré ou de force, soit pour échapper à l’insécurité politique et sociale, soit à la recherche d’une vie meilleure. La situation qui prévaut dans le pays ressemble à celle qu’on a connu à l’époque des militaires de facto.L’insécurité, l’impunité, le non respect de la vie des gens, autant de faits qui caractérisent la vie quotidienne et qui sont dénoncés par ces personnalités. Ces intellectuels condamnent de plus les manifestations des rues qui rappellent étrangement les menées du FRAPH sous l’ancien régime.Les gens de bien, des paisibles citoyens sont actuellement pris en otage par des  » chimè  » (Fauteurs de trouble). Sont également pris pour cible par les bandits, tous les citoyens ayant une opinion contraire à la leur. Ils perturbent le fonctionnement des écoles, empêchent aux écoliers de s’y rendre sans tenir compte des sacrifices consentis par les parents, les ressources institutions publiques sont détourné es et affectées au service du pouvoir en lieu et place de celui de l’état dénoncent les intellectuels haïtiens. La police nationale a pris le contrôle des élections de facon abusive comme les forces armées d’Haïti dans le temps. Les bulletins de vote du peuple haïtien traînent dans les rues pour être ramassés à la pelle par le maire s’indignent les intellectuels, artistes et anciens dirigeants Lavalas. Alors que les auteurs de ces actes clament haut et fort que c’est le vote de la paix et de la démocratie, ces usurpateurs, soulignent les auteurs de la protestation citoyenne, n’ont aucun respect pour le vote populaire ; d’ailleurs ils ont choisi la nuit pour fouler aux pieds le choix du peuple haïtien..Les 193 citoyens fustigent les dirigeants haïtiens pour leur laxisme et invitent ceux qui sont en désaccord avec la politique menée par Lavalas à barrer la route à l’anarchie et la dictature pour le triomphe du respect d’autrui.

Publicité