Absence remarquée de René Civil et de Paul Raymond à une conférence de presse des TKL de Saint Jean Bosco sur la crise

121

Les partisans du Pouvoir montent à nouveau au créneau pour dénoncer les secteurs qui , selon eux , effectuent un travail de sabotage du régime Lavalas .< br> A l’occasion d’un point de presse , le mercredi 3 décembre 2003 , les TKL de St Jean Bosco s’ent sont également pris à des lavalassiens qui veulent le départ du Chef de l’Etat . Au moment où les dirigeants des TKL rencontraient la presse, les journalistes ont relevé des absents de marque chez cette puissante OP, Paul Raymond et René Civil. Et, pour couper court aux conjectures, l’un des dirigeants des TKL a cru bon de préciser que messieurs Raymond et Civil étaient en mission. En mission, ou? Jean Robert Pierre Louis, le porte-parole des TKL pour la circonstance, a indiqué que les deux hommes n’avaient pas laissé le pays mais étaient « en voyage en province ». Toutefois, M. Pierre s’est refusé à révéler la région . En fait, la rencontre avec la presse de cette puissante organisation populatire se voulait un réquisitoire contre l’Opposition l’Eglise Catholique, les étudiants, le Groupe des 184 et certains membres du Pouvoir. Jean Robert Pierre Louis les accuse de vouloir destabiliser le gouvernement Lavalas. Les TKL de Saint-Jean Bosco s’en sont également pris aux dissidents Lavalas du Front anti-Aristide aux Gonaïves qu’ils qualifient de terroristes. Ils affirment qu’envers et contre tout le Président de la République se rendra dans la Cité de l’indépendance pour célébrer 2004, le 1er janvier prochain. Les parlementaires Lavalas emmenés par les sénateurs contestés Jean Claude Délicé et Joseph Médard sont également de cet avis . A l’occasion d’un mini-congrès du parti Fanmi Lavalas à Marchand Dessalines , le week-end écoulé, ils ont indiqué que rendez-vous est pris aux Gonaïves contre vents et marées.