Aide financière de l’OEA aux victimes des récentes inondations : volte-face du gouvernement haitien

219

Le président de la République Jean Bertrand Aristide refuse de recevoir dans l’immédiat le chèque de 20 mille dollars américians offert par l’Organisation des Etats Américains (OEA) à Haïti suite aux inondations qui ont touché le Sud et la Grand-Anse le mois dernier. Dans une déclaration à l’hôtel Montana de retour de Rome du sommet de la FAO sur la faim,le 11 juin 2002, le chef de l’Etat a expliqué que l’objectif du gouvernement est d’obtenir le déblocage de l’aide internationale. » La position officielle du gouvernement haitien est de travailler pour le déblocage des crédits et des fonds et alors , on pourrait ajouter ces 20 mille dollars sur les fonds qui seront débloqués », a précisé Jean Bertrand Aristide tout en faisant part de ses préoccupations face à la dégradation de l’environnement responsable, selon les experts, des inondations meurtrières. Les propos tenus par le président Aristide sont en désaccord avec ceux prononcés par l’ambassadeur d’Haïti à l’OEA, Raymond Valcin , lors de la remise du chèque par le numéro 2 de l’organisation hémisphérique, Luigi Einaudi,le 27 mai dernier à Washington . Le diplomate haitien avait alors indiqué que « le peuple et le gouvernement haïtien acceptaient cette contribution comme l’expression de l’engagement de l’OEA à continuer à supporter Haïti dans le processus de la démocratie. Il n’ y a pas de prix pour ce type de support particulièrement dans des moments de souffrance « , avait ajouté l’ambassadeur Raymond Valcin. Outre les vingt-trois (23) personnes décédées (chiffre officiel ) et les nombreux disparus , les averses qui se sont abattues sur la région Sud du pays du 24 au 26 mai dernier , ont tué des milliers de têtes de bétail et détruit une importante quantité de plantations agricoles .

Publicité