Attaque meurtrière contre la police à Bel-Air : l’attitude de la Minustah condamnée

241

Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) s’en prend à la Minustah qui n’a pas volé au secours d’une patrouille policière en opération dans le quartier de Bel-Air, à Port-au-Prince, le dimanche 22 mai 2005. Un policier a été tué et cinq autres blessés par des bandits lourdement armés. Dans une déclaration en date du 23 mai au nom du RNDDH ( ci-devant NCHR), Marie Yolène Gilles critique vivement l’attitude des casques bleus postés non loin des lieux. La responsable du RNDDH révèle que 40 policiers ont été tués dans la capitale depuis le déclenchement de l’opération Bagdad par les partisans armés de l’ancien président Jean Bertrand Aristide, réfugié en Afrique du Sud depuis mai 2004. Des responsables de la Plateforme des Organisations de Défense des Droits Humains condamnent également l’attaque meurtrière conduite par des gangs du Bel-air contre des membres de la Police nationale. Pour Maxime Rosny de la POHDH, cette situation est extrêmement préoccupante et risque de démoraliser les policiers. Dans le même temps, Maxime Rosny dénonce le silence des organisations internationales des droits humains face aux attaques des activistes armés lavalas contre des membres de la Police nationale. Les bandits armés ont fait une nouvelle victime dans les rangs de la Police en la personne de l’agent Elto Ambroise, membre de la Brigade de renseignement et d’intervention (BRI), annonce son frère Gary Ambroise. Le policier qui rendait visait visite dans la soirée du samedi 21 mai 2005 à sa copine à la rue d’Ennery à Port-au-Prince au bas de la ville a été dans un premier temps enlevé, raconte Gary Ambroise. Il a été par la suite criblé de balles et son cadavre brûlé dans la zone de Bel-Air. La police a mené une opération dans la soirée de dimanche dans le quartier de Bel-Air, fief des partisans armés de l’ancien président Aristide. Bel-Air est devenu une zone de non droit depuis le 30 septembre 2004, date du déclenchement de l’Opération Bagdad caractérisée par les décapitations, les assassinats par balle, les enlèvements, la destruction des tréteaux des petits commerçants, le pillage et l’incendie de magasins et le vol de véhicules.

Publicité