Avancées entre le Pouvoir et l’Opposition sur la question des dédommagements mais l’impasse demeure sur la solution à la crise politique

198

Le président Jean Bertrand Aristide a invité l’Opposition à signer un accord avant la fin de la 24ème mission du secrétaire général adjoint de l’Organisation des Etats Américains (OEA) , Luigi Einaudi , ce mercredi 10 juillet 2002. Le chef de l’Etat qui s’exprimait dans la soirée du mardi 9 juillet au Palais National à l’issue d’une rencontre avec le médiateur international a mis en garde tous ceux qui mettent en doute sa volonté de résoudre la crise . “ Si l’accord n’est pas signé ,je ne souhaite pas que l’on vienne dire hypocritement aux protagonistes de retourner à la table des discussions “ ,a déclaré en substance M. Aristide en annoncant la présentation à l’OEA d’un document de sortie de crise en deux (2) points en cas de non signature d’un accord . Ce document contient un plan A (acceptation par les deux (2) parties de l’accord initial de juillet 2001) et un plan B ( accord avec la communauté internationale pour la réalisation de nouvelles élections législatives et locales avec la participation de l’Opposition ) . Dans l’accord initial , outre la reconaissance par l’Opposition de Jean Bertrand Aristide comme président , ce document élaboré par M. Einaudi prévoit la formation d’un conseil électoral équilibré , la création d’une commission de garanties électorales et le départ des élus contestés de mai 2000 à l’entrée en fonction des nouveaux élus . La Convergence Démocratique affirme ne pas se sentir concernée par les déclarations du président de la République . L’un des dirigeants de la principale coalition de l’Opposition , Paul Denis , maintient que la Convergence attend l’application de la Résolution 806 par le pouvoir Lavalas afin de reprendre les négociations . M. Denis indique que Jean Bertrand Aristide a des signaux clairs à envoyer dans le cadre de la lutte contre l’impunité. Pendant ce temps, le président Jean Bertrand Aristide annonce la signature d’un accord avec l’Opposition sur le processus de dédommagement des victimes du 17 décembre 2001. Le chef de l’Etat indique qu’il s’agit d’une preuve supplémentaire de sa volonté d’aboutir à la fin de la crise . L’Opposition confirme cette avancée dans le cadre des dédommagements suite aux violences du 17 décembre 2001. Toutefois , la Convergence précise qu’il s’agit d’un protocole d’accord et justifie les demandes de l’Opposition .

Publicité