Avertissement de Romero Cuevas aux OP Lavalas qu’il compare au FRAPH

199

Le représentant du secrétaire général de l’Organisation des Etats Américains (OEA) en Haïti, Sergio Romero Cuevas, met en garde les Organisations Populaires (OP)Lavalas qui menacent d’empêcher le déploiement de la mission technique de l’Organisation Régionale . M. Cuevas qui annonce pour la semaine prochaine l’arrivée des premiers éléments de la mission technique d’appui à la démocratie affirme que l’OEA ne cédera pas aux pressions des OP Lavalas. Dans une interview accordée à Radio Métropole , le diplomate dément les informations communiquées par les partisans de Jean Bertrand Aristide sur le déploiement de 9 mille militaires dans le cadre de cette mission technique qui ne comprendra, dit-il, que quinze (15) membres . Le représentant spécial du secrétaire général de l’OEA exhorte les OP lavalas à se renseigner auprès du président Aristide qui a invité l’Organisation à déployer cette mission technique dans le pays. Le diplomate fait remarquer que les dirigeants OP Lavalas Paul Raymond et René Civil ne sont pas des démocrates et leurs déclarations rappellent celles des membres du Front Pour l’Avancement et le Progrès d’Haiti (FRAPH) durant la période du coup d’Etat militaire ( 1991-1994). Sergio Romero Cuevas a également démenti que l’OEA soit dirigée par le président américain , Georges W. Bush et le secrétaire d’Etat Colin Powell , qualifiés de  » criminels nazis  » par Paul Raymond , chef des TKL de Saint Jean Bosco . Pour sa part, le premier ministre Yvon Neptune minimise la portée des déclarations hostiles des dirigeants d’OP, Paul Raymond et René Civil au déploiement de la mission technique de l’OEA. Tout en se gardant de commenter les propos de ces puissants chefs d’OP, M. Neptune a rappelé que le gouvernement a invité l’Organisation Régionale à envoyer une mission au pays. Dans une conférence de presse ,le mercredi 17 avril 2002, pour son premier mois à la « Primature », Yvon Neptune a indiqué que le pouvoir Lavalas va aider la mission à réussir dans son entreprise. Pendant ce temps, les membres de la Commission d’enquête de l’OEA sur les évènements du 17 décembre 2001 (attaque d’inconnus armés contre le Palais National et incendie des locaux des principaux partis de l’Opposition par des proches du pouvoir Lavalas ) poursuivent leurs travaux . Ils ont eu une rencontre, le mercredi 17 avril 2002, avec les militants de la Convergence Démocratique victimes lors de ces violences . Cette séance de travail à l’Hôtel El Rancho a permis aux militants de l’opposition des différentes régions du pays de dénoncer le régime Lavalas . Les représentants de la Convergence en province ont appelé la communauté internationale à mettre tout son poids dans la balance pour sauver la démocratie en Haïti. Parallèlement, le parti du Congrès National des Mouvements Démocratiques (CONACOM) a fait une déposition par devant la commission d’enquête de l’OEA . Dans ce document, le CONACOM, membre de la Convergence Démocratique , conclut que les évènements du 17 décembre représentent un crime d’Etat et invite la communauté internationale à prendre au sérieux les menaces des chefs d’OP proférées contre l’OEA et l’Opposition .

Publicité