Bras de fer entre le gouvernement et les OP lavalas

102

Des membres d’Organisations Populaires Lavalas avaient érigé des barricades enflammées dans les quartiers de sans fil et Bel Air, hier lundi, dans le cadre d’un mouvement de protestation contre le gouvernement.Dans le même temps des militants lavalas avaient organisé une manifestation devant la primature, pour réclamer la libération de ce qu’ils appellent les prisonniers politiques, et la réintégration des employés révoqués dans l’administration publique par le gouvernement intérimaire.La PNH et la Minustah avaient renforcé hier le dispositif sécuritaire dans la région métropolitaine, en raison des menaces des membres d’OP lavalas de recourir à la violence pour satisfaire leur revendication.Lors d’une rencontre avec des membres du gouvernement, des parlementaires avaient mis en garde contre toute intention de minimiser les menaces des OP, et avaient souhaité que l’action publique soit mis en mouvement contre les initiateurs de ce mouvement violent.De son coté, le ministre des affaires sociales, Gerald Germain, a lancé un appel au calme aux membres d’organisations populaires lavalas, et précisé que les individus qui utiliseront la violence ne bénéficieront pas de l’impunité.Il indique, par ailleurs que le gouvernement est en train d’étudier des propositions pouvant satisfaire les revendications des employés qui avaient été révoqués dans les entreprises publiques.Gerald Germain soutient que le chef de l’état veut réparer les injustices sociales, tout en assurant le bon fonctionnement des institutions selon les prescrits constitutionnels.Il indique que le gouvernement envisage de favoriser la réintégration des employés compétents, et déterminer un mécanisme de dédommagement de ceux qui ne détiennent aucune compétence.Le ministre souligne que les décisions seront prises sur recommandations des directions des entreprises concernées.Intervenant à l’émission Rencontre, le ministre des affaires sociales a dénoncé l’intégration, par le gouvernement intérimaire, d’un grand nombre d’individus non compétents dans les entreprises publiques, et précise que des dispositions doivent être adoptées pour limoger ces personnes recrutées sur la base du clientélisme.Le programme de compensation s’adresse à la fois aux employés non compétents qui ont été révoqués et ceux qui ne le sont pas encore, indique le ministre en précisant que ce programme permettra de rentabiliser les entreprises publiques.