Campagne de désarmement, étape 2

212

Le pouvoir Lavalas a lancé la seconde phase de la campagne de désarmement. Le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) a annoncé que des fouilles vont être opérées sur l’ensemble du territoire national. Douze (12) heures après l’expiration du délai accordé par le pouvoir aux détenteurs illégaux d’armes à feu, la Police Nationale d’Haïti (PNH) a annoncé le déclenchement d’une seconde étape . Plusieurs unités de la PNH étaient dans les rues à la recherche d’armes illégales aux abords de certains véhicules privés. Cette opération de désarmement forcé rend caduc le communiqué du gouvernement appelant les détenteurs illégaux d’armes à feu à les remettre volontairement aux autorités compétentes en échange d’une certaine somme d’argent, expliquent les membres du CSPN . Depuis le 18 juin 2002, la PNH est appelée à perquisitionner sur tout le territoire national, dans le respect des lois en vigueur, indique le directeur général de l’institution , Jean Nesly Lucien. Pour sa part, le chef du gouvernement Lavalas, Yvon Neptune, précise que cette opération de désarmement sera menée à tous les niveaux de la société. Selon M. Neptune, il n’y a pas que des habitants de Cité Soleil et de La Saline entre autres à détenir des armes illégales. Le président du conseil supérieur de la PNH ne fait pas non plus exception des hommes politiques qui ne seraient pas en règle et insiste sur les mesures judiciaires pénalisant ces infractions . Répondant aux questions des journalistes sur le sort des élus lourdement armés contrairement aux prescrits de la loi, le chef du gouvernement précise que seule la police nationale est appelée à porter des armes de guerre. L’opération de désarmement ne sera pas conjoncturelle, précise Yvon Neptune pour qui cette campagne n’a pas de délai. Le premier ministre explique que les stratégies peuvent être modifiées au besoin et affirme que le but du gouvernement est l’établissement d’un niveau de sécurité acceptable dans le pays. Pendant ce temps, le chef du gouvernement n’écarte pas la possibilité de la création d’une commission quadripartite de vérification du désarmement proposée par la Convergence Démocratique. M. Neptune soutient que cette campagne a été lancée par le gouvernement pour garantir la sécurité et indique que la phase actuelle concerne la justice et la police.

Publicité