Contacts entre le premier ministre et Badio, le RNDDH persiste et signe…

460

Après les tentatives de dénégations du premier ministre Ariel Henry en conférence de presse et dans la presse américaine, le RNNDDH revient à la charge. Ce lundi pendant le journal du matin de Radio Métropole, Pierre Esperance a renouvelé ses accusations concernant les contacts entre le chef du gouvernement et Joseph Félix Badio :

« Le rapport d’enquête de la Police Judiciaire montre bien que les deux hommes se sont entretenus la nuit du meurtre à deux reprises, dans l’intervalle il a parlé avec le président Jovenel Moïse sur un autre téléphone. Si Ariel Henry dispose réellement des enregistrements de ses appels et qu’il n’a rien qu’il n’a rien à se reprocher qu’il les rende public. »

Selon Pierre Esperance ces conversations ne prouvent pas qu’Ariel Henry est impliqué dans le meurtre de l’ancien président, mais le comportement du chef du gouvernement lui parait extrêmement suspect :

« Imaginez qu’il a confirmé au New York Times avoir eu des contacts avec Badio des mois après la mort de Jovenel Moïse. En outre les enquêteurs américains ont la conviction que Mario Antonio Palacios Palacios, un autre suspect, a reçu une aide officielle pour quitter Haïti 4 mois après le crime. »

Selon le responsable du RNDDH, l’actuel premier ministre haïtien cherche se disculper mais tout prouve selon lui que les assassins de Jovenel Moïse ont bénéficié de complicités officielles des semaines après sa mort.

Ce qui mène le défenseur des droits humains à s’interroger sur l’impunité et surtout sur l’état de droit, que dirigeants et politiques haïtiens n’ont de cesse de mettre à mal dans le pays. 

AL/Radio Métropole