Coopération: des progrès importants depuis Cayenne

120

Les bailleurs de fonds d’Haïti se réunissent à nouveau, cette fois, à Montréal, les 16 et 17 juin 2005, pour évaluer la situation. La réunion de Montréal sera l’occasion pour le gouvernement intérimaire de faire le point sur la rencontre de Cayenne, le 18 mars, dernier où la communauté internationale avait promis de financer des projets au bénéfice de la population. Selon le Premier ministre Gérard Latortue qui s’exprimait le lundi 30 mai à la Primature, certains progrès ont été réalisés depuis mars au niveau de la coopération entre la communauté internationale et Haïti. M. Latortue a cité l’exemple de l’Union européenne (UE), de la Banque interaméricaine de développement (BID) et de la Banque mondiale qui ont renforcé leur coopération avec Haïti. En ce qui a trait à l’UE, M. Latortue a indiqué que la délégation en Haïti peut faire des décaissements suite à une consultation restreinte avec Bruxelles. Grâce à ce mécanisme, la construction de la route Port-au-Prince/Mirebalais débutera en juillet. Tandis que la route Cap-Ouanaminthe sera en chantier en septembre en dépit du fait que l’ouvrage ait été approuvé sous le régime lavalas déchu. Pour la Banque mondiale, les obstacles ont été levés. C’est à peu près le même tableau pour la BID, avec l’accord de “non objection”, qui a dynamisé son action depuis son assemblée générale au Japon en avril dernier. Gérard Latortue affirme que le courant passe à Washington qui doit mettre la pression sur les fonctionnaires en Haïti. Dans ce cadre, une délégation de la Primature part pour la capitale américaine, ce 1er juin. Le chef du gouvernement croit que la réunion de Cayenne a été un tournant. L’UE, le Canada et les Etats-Unis ont déjà concrétisé leurs engagements dans le cadre des elections.Des projets sont engagés dans divers domaines: protection de l’environnement, conservation de sol ( 60 projets agricoles sont engagés), routes, eau potable, électricité. A la réunion de Cayenne, convoquée par la France, 380 projets à impact direct sur la population ont été identifiés pour un montant de 700 millions d’euro. Cette rencontre se voulait un moment d’évaluation de la Conférence de Washington des 19 et 20 juillet 2004 au cours de laquelle les bailleurs s’étaient engagés à supporter à hauteur de 1,4 milliard de dollars, le CCI ( Cadre de coopération intérimaire), plan d’action de deux ans du gouvernement intérimaire couvrant la période juillet 2004-septembre 2006. Sur le milliard promis, 350 millions ont été décaissés, selon le ministre de l’Economie et des Finances, Henri Bazin. Le Premier ministre Gérard Latortue est jusqu’ici satisfait de Cayenne mais admet qu’il reste beaucoup à faire. A ce sujet, le chef du gouvernement parle de lourdeurs administratives haïtiennes. A titre d’exemple, M. Latortue cite les difficultés de lancement du projet de construction de 9 complexes administratifs dans les chefs-lieux des départements. Le projet doit coûter 9 millions de dollars américains et sera financé dans un premier temps par le Trésor public.Il s’agit de décentraliser les services publics, souligne M. Latortue, pour entamer le processus de développement du pays.