Des dizaines de milliers de déplacés dans l’Artibonite

387

Les habitants des métropoles haitiennes sont subissent les conséquences des déplacements de population dans les zones contrôlées par les gangs.
Les déplacés fuient vers des zones réputées secures et pouvant offrir un minimum d’infrastructures.


L’Artibonite est le département le plus touché par la violence après la région métropolitaine de Port-au-Prince. Dans l’Artibonite les résidents de Savien, Petite Rivière, de Liancourt et même de Verettes ont fui vers Saint Marc pour échapper à la violence du gang base Grand Griffe de Savien.


À Saint Marc la densité de la population a augmenté fortement. Des bouchons sont quotidiens. Les déplacés ont lancé des petits commerces et leurs enfants fréquentent les écoles de la ville.


Sur le plan économique on constate un rencherissement des prix du loyer et d’autres postes de consommation.
La hausse des prix des produits de premières nécessités entraine une pauperisation des classes moyennes confrontées à un net ralentissement des activités économiques en lien avec la capitale.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité