Des leaders politiques mettent en évidence les difficultés du processus électoral

64

Des représentants de la Convention et de la Conférence des partis politiques sont disposés à analyser la proposition du sénateur Anacacis Jean Hector relative à l’organisation des élections législatives et locales en novembre 2009.Le président de la Convention des Partis Politiques, Déjean Bellizaire, ne veut pas se prononcer sur la proposition mais révèle qu’il y a beaucoup de difficultés dans l’organisation des élections. » Est-ce qu’il y aura assez de fonds disponibles 6 mois après les sénatoriales partielles pour organiser des élections législatives « , s’interroge le chef de file du MNP-28. Le principal dirigeant du Mochrena, Luc Mesadieu, estime que la proposition du sénateur Jean Hector tient compte de la conjoncture. » Organiser plusieurs élections coûtera très cher au pays », argue t-il. Le pasteur Mesadieu soutient que la réalité le pousse à accepter le point de vue du chef de l’état qui s’était toujours prononcé pour des élections générales. » Les élections doivent avoir lieu dans un délai raisonnable », dit-il précisant que les partis doivent disposer de ressources financières pour réaliser des campagnes électorales. En ce qui a trait au processus électoral, Luc Mesadieu dénonce une dépendance du CEP vis-à-vis de l’exécutif. » Les conseillers électoraux ont méprisé les partis politiques tout en multipliant des réunions au palais national », dit-il réclamant la formation d’une commission indépendante pour recruter les personnels des BED et BEC. Cet avis est partagé par Déjean Bellizaire pour qui les partis politiques ont été tenus à l’écart du processus électoral. » Les conseillers électoraux ont multiplié les rencontres avec le président Préval qui est également membre d’un parti politique », regrette le président de la Convention des Partis Politiques.