Eddy St Pierre réclame de nouvelles dispositions dans la circulation des véhicules

82

Intervenant à la rubrique  » Invité du jour » de radio Métropole, Eddy Saint Pierre, qui avait ouvert la première auto-école haïtienne en 1974, affirme que les camions représentent un danger pour tous les utilisateurs de la voie publique. Il révèle que le service de la circulation des véhicules ne peut contrôler efficacement l’état de fonctionnement et les défaillances au niveau des camions. » Les appareils pour l’inspection des véhicules sont en panne, l’agent ne fait qu’un contrôle visuel du véhicule et vous donne l’autorisation « , explique t-il. » Nombre de ces camions ne pourront avoir de pièces de rechanges parce que les compagnies n’en produisent plus », dit-il rappelant que la plupart des camions avaient déjà été utilisés à l’étranger. Comparant les dégâts causés par les camions à la pandémie du sida, M Saint Pierre précise que la route de Kenskoff n’a pas été construite pour accueillir des poids lourds mais de petites voitures. Tirant la sonnette d’alarme pour le morne l’hôpital, Eddy Saint Pierre rappelle que l’environnement est dégradé en raison de l’exploitation des carrières de sable par les chauffeurs de camions. » Si on continue l’exploitation anarchique des carrières de sable un de ces jours il peut y avoir une catastrophe », ajoute t-il. » Les camions de sable sont à l’origine des embouteillages « , lance M. Saint Pierre dont la cour abrite depuis une semaine un camion qui a fait panache sur la route de kenskoff. Tout en saluant la détermination et la bonne volonté du nouveau chef du service de la circulation, M. Saint Pierre affirme vouloir rouvrir son école. Interrogé sur les dispositions à adopter pour réduire les embouteillages, Eddy Saint Pierre préconise la construction de ponts et de tunnels. » Il y a trop de véhicules pour le petit nombre de kilomètres de routes », explique t-il rappelant qu’en 1987 il y avait 39 000 véhicules et aujourd’hui 150 000. Les routes déjà trop exigues doivent accueillir en plus les marchandes et les piétons déplore M. Saint Pierre qui qualifie d’inappropriée la proposition d’acquisition de 300 bus pour le transport en commun.