Enlèvement collectif dans le Nord Ouest

163

Les autorités locales, religieuses et les résidents du Nord Ouest sont préoccupés par la forte recrudescence de l’insécurité dans la zone.
Une vingtaine de passagers d’un bus ont été enlevés hier entre Gros Morne et Bassin Bleu.


Il s’agit du deuxième enlèvement collectif en moins d’un mois réalisé par ce gang dans la même zone.
Les bandits ont réclamé des rançon d’un million de gourdes par passager.


Des citoyens dénoncent une certaine passivité des forces de l’ordre puisqu’il n’y avait eu aucune arrestation après le premier détournement de bus.


L’évêque de Port-de-Paix a deploré l’enlèvement et appelle les autorités gouvernementales à adopter des dispositions pour garantir la sécurité des residents de la région.


L’église catholique attire l’attention sur la douleur des citoyens en raison des exactions des bandits.


Le commissaire de police de la Croix des Bouquets, originaire de la zone, ne décolère pas contre cette situation et appelle à une intervention des forces de l’ordre pour démanteler le gang.


De son côté le Maire de Port-de-Paix révèle que ses démarches auprès du gouvernement pour trouver une solution à ce problème sécuritaire ont été vaines.
Il sollicite des équipements supplémentaires pour les forces de l’ordre et un renforcement de l’effectif des policiers.


Ce matin le commissaire de police des Gonaives a indiqué qu’une patrouille de 8 policiers a été dépêchée dans la zone.
Toutefois le commissaire estime qu’il faudra construire un commissariat dans la zone pour juguler le problème.

LLM / Métropole Haïti