Fin de l’occupation des locaux de l’OEA par des membres du Groupe des 184

88

Les neuf (9) membres du Groupe des 184 qui avaient élu domicile au bureau de la Mission Spéciale de l’OEA à Port-au-Prince depuis le mardi 25 novembre 2003 pour protester contre la « détention illégale » de Charles Baker et David Apaid, a quitté les lieux dans l’après-midi du samedi 29 novembre . Dans une note publiée le même jour , ces militants de la Société Civile estiment que leur action a permis d’établir clairement « les limites , les lacunes et l’évidente inefficacité de la Mission Spéciale de l’OEA » . Ils poursuivent qu’ils ont volontairement mis fin à leur mouvement « afin de participer à la recherche des moyens pacifiques les plus efficaces à utiliser dans les jours à venir pour porter ce gouvernement irresponsable à libérer leurs camarades des liens iniques dans lesquels ils se trouvent retenus depuis plus de quinze (15) jours » .De son côté, le Groupe des 184 « en appelle à la sérénité de tous les citoyens et citoyennes impatients et frustrés par le caractère inacceptable de la détention arbitraire de Charles Henri Baker et de David Apaid » . Dans un communiqué rendu public samedi dernier, le regroupement de la Société Civile demande aux différents secteurs « de se tenir prêts à participer ou à supporter les autres actions qui vont être lancées dans les jours à venir pour amener le Pouvoir à la raison ». Pour sa part, la Mission de l’OEA s’est réjouie de cette « décision en un moment aussi délicat pour le processus en cours ». La Mission dirigée par David Lee indique qu’elle « peut considérer à nouveau lettre du 24 novembre adressée par le Groupe 184 au Chef de la Mission » . Dans ce communiqué en date du 30 novembre , la Mission en a profité pour préciser qu’elle a été « mandatée pour fournir assistance , entre autres ,à la professionnalisation de la Police Nationale d’Haiti et au système judiciaire » .Le texte de l’OEA poursuit que « selon les Résolutions 822 , du Conseil Permanent de l’OEA , les 24 conseillers techniques en sécurité et les 3 conseillers techniques en justice ont pour tâche d’aider et de conseiller les autorités haitiens dans ces eux domaines , non pas de les remplacer . Les conseillers techniques ne prennent pas les décisions qui incombent aux haitiens eux-mêmes ». Le dirigeant de l’ALAH de Reynold Geors salue la décision prise par les neuf membres du Groupe des 184 de quitter le local de l’OEA. Me Georges encourage le secteur privé à déclencher une grève illimitée contre le Président Aristide .