Haiti sur une liste de 21 pays bafouant la liberté de la presse, selon RSF

281

Reporters Sans Frontières (RSF) a publié, le jeudi 27 juin 2002, pour la première fois une liste noire des pays où l’on enlève, torture et assassine les journalistes en toute impunité. Cette liste noire compte 21 pays dont Haïti et l’Algérie, dans lesquels les criminels bénéficient de la complicité de l’Etat. Dans un communiqué, RSF et le Réseau Damoclès (une organisation créée par RSF dont la mission est de recenser tous les cas d’atteintes aux droits de journalistes) soulignent qu’à l’approche du 1er juillet , date de l’entrée en vigueur de la Cour Pénale Internationale (CPI), cette liste vise à dénoncer l’impunité qui protège les bourreaux des journalistes. Au cours de ces dix (10) dernières années, rappellent-ils, cinq cent vingt trois (523) journalistes ont été tués, dont cent quatre vingt quinze (195) assassinés pour avoir dénoncé la corruption, révélé des exactions ou mis en cause les agissements de certaines personnalités du monde politique ou des affaires. Le plus souvent, ces meurtres n’ont fait l’objet d’aucune enquête et leurs auteurs n’ont pas été poursuivis, précisent-ils. RSF et le Réseau Damoclès ont également mis sous surveillance neuf (9) pays dans lesquels l’impunité n’a pas disparu mais où les autorités font preuve d’une volonté politique d’y mettre un terme. Ces pays sont la Géorgie, l’Indonésie, le Mexique, le Mozambique, le Nigéria, les Philippines, la Serbie-Monténégro, le Sri Lanka et la Turquie.

Publicité