Jean Robert Faveur dénonce à nouveau le non respect de la loi en Haïti

370

L’ancien chef par intérim de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Jean Robert Faveur, a , à nouveau , dénoncé le non respect de la loi dans le pays. M. Faveur a de plus, démenti les informations selon lesquelles les représentants de la Communauté Internationale l’auraient aidé à quitter le pays. L’ancien directeur général de la PNH, Jean Robert Faveur et l’ancien Juge chargé de l’instruction sur l’assassinat de Jean Léopold Dominique, Claudy Gassant, étaient les invités de « Haïti Project Démocracy » à Washington, le dimanche 29 juin 2003 , en marge de la rencontre portant sur la situation qui a porté l’ancien responsable de la PNH à quitter le pays. Le juge Gassant a dénoncé la totale dépendance de la Police Nationale et de l’appareil judiciaire en Haïti. L’ancien juge d’instruction chargé de l’enquête sur l’assassinat de Jean L. Dominique indique que les institutions sont contrôlées par l’Exécutif. Il dénonce l’attitude de l’Opposition haïtienne qui n’attend que la Communauté Internationale pour résoudre la crise politique. Par ailleurs, le gouvernement Lavalas a abandonné l’idée de réclamer le retour au pays de Jean Robert Faveur qui s’est réfugié aux Etats-Unis d’Amérique. Selon le ministre de la justice et de la sécurité publique, Maitre Calixte Delatour, l’ex-officier de la PNH, ne représente plus une priorité pour le régime en place. Dans le même temps, M. Calixte Delatour rejette les accusations portées contre le Pouvoir par Jean Robert Faveur selon lesquelles le Président contrôle complètement la Police Nationale. Le Premier Ministre haïtien, Yvon Neptune est également très amer envers Jean Robert Faveur qui l’avait dénoncé dans ses déclarations faites depuis son exil aux Etats Unis. Lors de l’installation du nouveau Chef a.i. de la Police le chef du gouvernement a souligné que les allégations de M. Faveur visaient à ternir l’image du gouvernement Lavalas qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour résoudre la crise politique. Le premier ministre Neptune parle d’abandon de poste dans le cas de Jean Robert Faveur. M. Neptune qui est en même temps le président du Conseil Superieur de la Police reconnaît que l’Institution fait face à un problème de stabilité avec l’installation de trois (3) directeurs généraux en moins de trois (3) mois.

Publicité