La BSAP préoccupe le gouvernement

161

Le gouvernent haïtien est préoccupé par le comportement de nombreux membres de la Brigade de Surveillance des Aires Protégées (BSAP). Ces gardes forestiers apportent ouvertement leur appui à l’opposant politique,  M. Guy Philippe.
Le directeur de l’Agence Nationale des Aires protégées (ANAP), qui dirige le corps armé, M. Jeantel Joseph,  affiche son support à l’ex sénateur élu de la Grand Anse. 
Les deux hommes sont des anciens membres des FADH.  Il en est de même pour l’écrasante majorité des membres de la BSAP.
La ministre de la justice, Mme Emilie Prophète Milcé,  a fait état publiquement des inquiétudes du gouvernement. Des séances de travail ont eu lieu avec les responsables de la BSAP afin de trouver une solution.
Le colonel Himmler Rébu souligne que les anciens militaires de la BSAP sont dotés d’une solide formation.  Toutefois il fait remarquer qu’ils ne peuvent pas apporter leur support à la sécurité publique en tant que membre de ce corps sous la tutelle du ministère de l’environnement.
M. Rébu refuse de croire que  le gouvernement ne disposerait pas d’information sur l’effectif de ce corps. Ce serait la débandade,  dit il.
Des statistiques font état de plus de 3 000 membres de corps.
Le directeur de l’ANAP ne fait pas mystère de sa collaboration avec M. Philippe.  Il rappelle que M. Phillipe est le vice président du consortium des partis politiques,  un regroupement des formations politiques.
Les anciens militaires, silencieux durant la crise sécuritaire, sont redoutés. M. Rébu laisse entendre qu’ils peuvent aider à rétablir une ceinture sécuritaire sur l’ensemble du territoire.
Tandis que les militaires démobilisés suscitent l’effroi,  le chef de l’exécutif s’est empressé de réaliser des séances de travail avec le haut état major des FADH.
Le déploiement d’une mission multinationale de support à la sécurité était au centre des discussions, a fait valoir la Primature. Il est évident que la menace de la BSAP, 3 ème force armée,  ait été abordéé lors des discussions sur la sécurité nationale.
LLM / radio Métropole Haïti

Publicité