La CHR place Jovenel Moïse face à ses responsabilités

717

La conférence haïtienne des religieux (CHR) met Jovenel Moise face à ses responsabilités.

Dans une lettre ouverte adressée à, nous citons, monsieur Moïse, la CHR dénonce le choix du chef de l’état, qui n’est d’ailleurs jamais cité comme tel, de se maintenir au pouvoir au détriment du bien-être du peuple haïtien.

La conférence déplore que le tableau ne fasse que s’assombrir sans qu’aucune décision ne soit prise pour soulager les souffrances du peuple ni pour le protéger contre les assauts de tous bords.

Les religieuses et religieux composant la Conférence qui se présentent comme les témoins privilégiés de la misère du peuple, rendent Jovenel Moïse responsable de cette descente aux enfers.

De même la CHR dénonce la volonté du chef de l’état de s’accrocher au pouvoir de manière illégitime et illégale alors qu’une part importante de la population haïtienne a faim.

« Il faut que quelque chose change ici et que les pauvres se reprennent à espérer » insiste la CHR dans cette correspondance paraphrasant ainsi les paroles du pape Jean Paul II, lors de son voyage en Haïti en mars 1983.

Rien a changé après 38 ans déclare la CHR qui affirme que le président Moïse a le devoir de donner des réponses aux demandes du peuple, dont la première est de respecter la loi.

La conférence haïtienne des religieux (CHR) est la structure catholique qui dirige l’ensemble des écoles congréganistes du pays.

AL/ Radio Métropole