La crise sécuritaire est compliquée assure un spécialiste 

330

Un spécialiste en sécurité publique dit comprendre l’offre kenyanne consistant en une force de protection stratégique. 

L’ancien officier des FADH,  le colonel Himmler Rebu, rappelle qu’il avait, en maintes occasions, annoncé un cover up operation de la communauté internationale. <br><br>

Il s’agit de reprendre le contrôle des infrastructures stratégiques notamment aéroports, ports et principaux axes routiers. 

Ceci donnera une perception de sécurité puisque les citoyens pourront se déplacer facilement. <br><br>

Au yeux de M. Rebu la communauté internationale a compris l’ampleur de la crise c’est pourquoi elle propose ce mode d’opération. 

Cependant il met en garde contre toute précipitation pour l’organisation des élections. <br><br>

M. Rebu souligne que pour obtenir les conditions sécuritaires adéquates, il faudra des équipes de militaires pouvant démanteler les gangs. 

À ses yeux une unité de 500 soldats peut démanteler les gangs.

Ensuite il faudra des hommes pour consolider les territoires conquises.

M.  Rebu juge que les autorités policières haitiennes ont compris la complexité du problème à 75 % .

Il soutient qu’il faudra des équipements et armements adaptés pour reprendre le contrôle des repaires des gangs. <br><br>

À son avis les matériels et armements sollicités récemment, auprès de la communauté internationale, ne permettront pas de démanteler les gangs. 

Au final pour éradiquer définitivement les gangs il faudra des politiques publiques et des programmes d’assistance sociale dans les quartiers précaires.  <br><br> LLM / Métropole Haïti

Publicité