La Fanmi Lavalas condamne à nouveau la violence des OP

199

« La Fanmi Lavalas dénonce énergiquement et sans réserve les actes de violence et les déclarations incendiaires. Nous sommes contre toute déclaration et provocation qui mettrait en peril la paix. Nous respectons la vie et nous voulons la protéger » a déclaré le porte-parole du parti de Jean Bertrand Aristide, Yvon Neptune. Il encourage le peuple à rester mobiliser pour défendre les acquis du 21 mai et du 26 novembre . « J’encourage le peuple haïtien à rester mobiliser jusqu’au 7 février 2001 pour l’installation du président Jean Bertrand Aristide . 7 février sera un autre jour de paix » a t-il fait savoir. Le sénateur issu des élections contestées du 21 mai a indiqué que la Fanmi Lavalas veut garantir la paix sur le territoire national. « Nous voulons la paix et nous n’avons pas peur de faire la paix » a t-il conclu. Pour sa part, le Directeur du centre Oecuménique des Droits de l’Homme se montre extrêmement préoccupé par les menaces proférées par les OP lavalas contre les citoyens de différents secteurs de la Nation haïtienne. Pour Jean Claude Bajeux, les auteurs de ces déclarations doivent faire l’objet de poursuites judiciaires. Le responsable du centre Oecuménique des Droits de l’Homme souhaite que ces propos soient transcrits et vulgarisés au niveau des Organisations de Défense des Droits Humains à travers le monde. Jean Claude Bajeux dénonce le comportement des autorités en place dans ce dossier et réclame du même coup que le chef de Fanmi Lavalas s’exprime publiquement sur la question. « Si le chef de Fanmi Lavalas est d’accord ou non avec ses OP qu’il sorte de son silence et le dise carrément en public » a déclaré M. Bajeux prenant ainsi le contre pied des déclarations du ministre haïtien de la justice Maitre Camille Leblanc qui a critiqué la décision des Médias de la capitale de relayer les propos menaçants des TKL de Saint-Jean Bosco. « Je ne suis pas d’accord avec Maitre Camille Leblanc qui pense que les journalistes ne devraient pas diffuser les déclarations des OP, au contraire c’était leur responsabilité » a fait valoir M Jean Claude Bajeux qui dit attendre des mesures du gouvernement haïtien. « Nous attendons du gouvernement des actes » a déclaré M Bajeux qui souhaite également une démonstration de l’Etat pour faire respecter l’ordre

Publicité