La mission d’enquête de l’OEA est à pied d’oeuvre

202

Les juristes de l’Organisation des Etats Américains (OEA) en charge de l’enquête sur les violents évènements du 17 décembre 2001 sont rentrés le lundi 8 avril 2002 à Port-au-Prince. Ces experts de l’OEA précèdent la venue de la mission technique de l’organisation hémisphérique en appui à la démocratie. La délégation de quatre (4) membres est dirigée par l’ancien juge de la Cour d’appel de la Dominique, Nicholas Liverpool. Avec lui, l’avocat et ancien ministre des affaires étrangères du Honduras Roberto Flores Bermudez, l’avocat mexicain et professeur à l’université de Mexico Alonso Gomez Robledo et un secrétaire exécutif, Madame Bertha Santoscoy. Nicholas Liverpool n’a pas l’air de venir en vacances, il présente un agenda chargé et n’a pas de temps à perdre. Cette première visite est limitée à deux (2) semaines et la mission aura un va-et-vient à effectuer entre Port-au-Prince et l’étranger dans le cadre de l’enquête sur les violences du 17 décembre . Le chef de la mission précise que les experts vont uniquement enquêter sur ces évènements ( attaque du Palais National par des inconnus armés et incendie des locaux des principaux partis de l’Opposition par des partisans du pouvoir Lavalas ) et annonce qu’il fera un rapport avec les recommandations nécessaires aux autorités compétentes . Le représentant spécial du secrétaire général de l’OEA à Port-au-Prince , Sergio Roméro Cuevas , venu accueillir la délégation à l’aéroport international de Maïs Gaté , a annoncé q’une deuxième vague de la mission de l’OEA doit arriver en Haïti en fin de semaine ou au début de la semaine prochaine pour traiter d’un autre aspect de la crise haïtienne à savoir une assistance dans les domaines de la sécurité , de la justice et de la gouvernance . La phase internationale sur les violences du 17 décembre et autres aspects de la crise haïtienne débute. Côté haïtien, l’enquête du gouvernement Lavalas piétine, le juge d’instruction Bernard Saint-Vil avait promis son réquisitoire définitif avant le 31 mars dernier mais depuis, rien.

Publicité