La mobilisation en faveur de la libération des paysans de Guacimal se poursuit

147

Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont tenu un sit-in dans la cour du ministère de la justice, le lundi 19 août 2002 en vue d’obtenir l’élargissement des paysans arrêtés à Guacimal (localité du département du Nord ). Cette mobilisation a duré environ deux (2) heures et a réuni près d’une trentaine de représentants de la National Coalition For Haitian Rights (NCHR), de la Plate-forme des Organisations Haitiennes des Droits Humains (POHDH), la Solidarite Fanm Ayisyen (SOFA) et bien entendu des membres de l’organisation “Batay Ouvriyè”, réclamant la libération des neuf (9) paysans . Pendant que la protestation prenait corps dans la cour du ministère de la justice, une délégation composée des membres des différentes organisations sus-citées est entrée en pourparlers avec des responsables de l’appareil judiciaire. Le directeur général et le directeur des affaires judiciaires représentant du ministère de la justice ont contacté sur place le doyen du Tribunal Civil de Grande Rivière du Nord, juridiction de l’arrestation des paysans. Selon Eliphète Saint-Pierre de la POHDH, les autorités judiciaires ont promis d’ordonner sous peu la libération des victimes. Lors de cette rencontre avec les responsables de la justice, les militants de droits humains ont indiqué avoir insisté sur le caractère illégal et arbitraire de l’arrestation des neuf (9) paysans. Selon M. Saint-Pierre, les autorités judiciaires ne seraient pas bien imbus du dossier dans la mesure où les motifs de l’arrestation demeurent non révélés. En ce sens, le responsable de la Plate-forme des Organisations des Droits Humains qualifient de  » politique  » cette mise aux arrêts. Parallèlement, ces organisations entendent intenter une action en justice contre les auteurs du lynchage de deux (2) paysans dans le cadre de ce même dossier. Elles se déclarent déterminées à mettre fin au règne de l’impunité dans le pays. Le 27 mai dernier, deux (2) paysans ont été tués et plusieurs autres blessés lors d’affrontements entre les proches d’élus locaux et des membres du syndicat “Batay Ouvriyè”, qui réclamaient de meilleures conditions de travail dans une usine de transformation d’agrumes destinés à l’exportation. A la suite de cet incident à Guacimal, dans le Nord, onze (11) personnes dont deux (2) journalistes ont été arrêtés. Les deux (2) confrères ont été libérés après une grande mobilisation mais les neuf (9) autres personnes sont toujours incarcérées. Le gouvernement les accuse notamment d’être opposés au projet d’implantation de la zone franche à Ouanaminthe.

Publicité