La présidente du conseil électoral provisoire fait amende honorable

330

Roselaure Julien a reconnu avoir mal agit, lundi dernier, au moment où un journaliste de Signal FM tentait d’obtenir des informations sur une rencontre entre le CEP et une délégation de l’Union européenne. L’attitude de la responsable du conseil a surpris les journalistes présents au local de l’institution, jeudi. C’était d’abord la stupéfaction quand les membres de la presse ont appris qu’ils étaient invités au bureau de la présidente du conseil électoral provisoire ayant en mémoire le confrère de Signal FM qui avait été accusé d’espionage par Roselaure Julien. Les journalistes, une dizaine environ, étaient escortés de tout ce que le conseil comptait comme agents de sécurité. Madame Julien entendait faire une mise au point, off the record, sur un petit incident qui a éclaboussé son image. Si petit qu’il puisse paraître, cet incident a eu d’effet sur le CEP, reconnaît Roselaure Julien qui estime qu’il y a eu extrapollation d’une situation anodine.. Au cours d’un point de presse improvisé, en marge de la rencontre de mise au point, Roselaure Julien a rappelé que son travail de présidente du conseil veut qu’elle soit une partenaire de la presse tout le long du processus électoral. Apparemment désolée, face aux dégats causés par son attitude vis-à-vis du journaliste, la présidente de l’institution électorale ne se contente pas d’évoquer les limites de ses droits à ne pas insulter un membre de la presse, elle a aussi rappeler le respect qu’elle a pour le quatrième pouvoir tout en admettant avoir été emportée par l’énervement. En début de semaine, Claudy Saint-Cir de Signal FM a été agressé verbalement par madame Julien au moment où le journaliste voulait des informations sur la rencontre que le CEP a eu avec une délégation de l’Union européenn. La présidente du conseil l’avait menacé de lui interdire l’accès de l’enceinte de l’institution électorale. Jeudi, en toute humilité Roselaure Julien a fait preuve de grandeur en acceptant pour les besoins de la cause de s’excuser et du même coup faire la paix avec la presse. Cependant, une autre épée d’Amoclès est suspendue sur la tête du numéro un du conseil électoral. Madame Julien devrait en sa qualité de présidente faire ou refaire naitre l’harmonie entre les membres, créer une atmosphère bon enfant ou de convivialité et c’est là de toute évidence le défi majeur que madame Julien devrait relever.

Publicité