L’ambassadeur américain souhaite une entente entre l’exécutif et le parlement

223

L’ambassadeur américain à Port-au-Prince, Janet Ann Sanderson, affirme qu’il ne faut pas mettre en danger la stabilité politique, condition essentielle au développement économique du pays.La diplomate américaine s’est entretenue hier après midi avec le président du sénat, Joseph Lambert, sur le différend qui oppose l’exécutif au parlement suite à la demande d’interpellation du premier ministre Jacques Edouard Alexis.Tout en faisant part de l’intérêt des Etats-Unis pour le processus démocratique en Haïti, Mme Sanderson déclare apprécier les efforts visant à mettre un terme au différend.  » La possibilité de résoudre les différends de manière ouverte est un indicateur de la puissance de votre démocratie », a soutenu la diplomate américaine à l’issue de son entretien avec le président du sénat. De son coté, le président du sénat, Joseph Lambert, a indiqué aux journalistes que l’ambassadeur américain l’a encouragé a maintenir de bonnes relations avec l’exécutif afin de protéger la démocratie. » A chaque fois que les institutions de notre pays sont confrontées à des problèmes, elle intervient toujours « , soutient le sénateur Lambert pour qui la visite de Mme Sanderson intervient au moment de désaccord entre le parlement et l’exécutif. Le président du sénat révèle que l’existence de pourparlers entre l’exécutif et le sénat autour de l’affaire Gassant, précisant qu’une importante rencontre devrait avoir lieu dans la soirée du 28 août au palais national. » Elle n’a pas fait de suggestion mais nous a fait comprendre que nous avons une démocratie jeune et qu’il faut maintenir un climat de stabilité », déclare le sénateur Lambert précisant qu’il faut tout faire pour éviter des problèmes en raison d’une simple banalité. Selon M. Lambert les haïtiens devront trouver une entente dans les prochaines heures afin de mettre un terme à ce désaccord. » Essayons d’avoir une meilleure compréhension de la situation et de privilégier l’intérêt national sur les intérêts particulier », argue t-il.

Publicité