L’amnistie n’est pas la solution, prévient un spécialiste

254

Le sociologue M.  Jacques Nezi,  met en garde contre toute tentative d’accorder une amnistie aux membres des gangs. Ces gens qui ont commis de grave atrocités sur la population doivent être confrontées à la loi,  dit il.
À son avis les revendications des chefs de gang relatives à leur intégration dans le prochain gouvernement ne constituent pas l’expression d’une volonté manifeste.  M. Nezi l’assimile à un chantage afin de parvenir à l’amnistie.


Pour lui il existe des critères bien définis pour s’impliquer dans la vie politique. De plus il doute de la capacité de ses bandits à pouvoir se réinsérer dans la vie sociale.  Ces gens sont habituées à de l’argent facile,  dit il révélant que les bandits ont volé plus de 18 millions de dollars de marchandises au port de la capitale la semaine écoulée.
Le sociologie préconise la réactivation du programme désarmement Demobilisation et réinsertion pour ceux qui peuvent y avoir accès. Pas de négociation avec les bandits,  insiste le sociologue favorable à une aide du président du Salvador.
Cependant il prévient que le programme doit être adapté au contexte haïtien.
LLM / radio Métropole Haïti

Publicité