Lamothe rejette les sanctions américaines et annonce une action en justice  

343

Dans un communiqué de presse datant du samedi 3 juin 2023, l’ancien premier ministre Laurent Lamothe a rejeté les sanctions qui lui ont été imposées par les Etats-Unis. Dans la foulée, l’homme d’affaires annonce qu’il va saisir les tribunaux compétents comme il l’a fait pour le Canada.

L’annonce des sanctions prises à l’encontre de Lamothe par le gouvernement américain a enflamme la toile. Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a en effet annoncé des sanctions assorties d’une interdiction d’entrer aux USA contre l’ex-Premier ministre Laurent Salvador Lamothe « pour avoir détourné à des fins privées au moins 60 millions de dollars des fonds Petro Caribe ».

Quelques heures après, l’ancien ministre des affaires étrangères et ancien premier ministre réagi. Dans un communiqué il rejette vigoureusement cette sanction. Laurent Lamothe estime que « la décision du Secrétaire d’État Anthony Blinken ne repose pas sur des preuves factuelles, mais sur des rumeurs recyclées datant de son mandat en tant que Premier ministre de 2012 à 2014 ».

« En réalité, le Département d’État, dans son rapport de novembre 2022 au Congrès américain (conformément à la section 107 de la loi sur l’initiative de développement, de responsabilité et de transparence institutionnelle d’Haïti) a souligné qu’aucune « disparition spécifique de fonds » n’avait été identifiée dans un rapport sur PetroCaribe », a rappelé l’ancien chef du gouvernement de Michel Joseph Martelly.

Selon Laurent Lamothe, à travers la nouvelle sanction imposée, les USA ne veulent que répondre aux souhaits de certains de ses adversaires politiques de longue date en Haïti. Il ajoute que quand il était Premier ministre, « ces mêmes opposants ont manœuvré pour saper sa capacité à gouverner en suscitant des troubles civils et des manifestations violentes ». 

De plus, selon Lamothe, ces mêmes forces ont abouti à un rapport « douteux et politiquement motivé  sur PetroCaribe que le Département d’État américain a négligemment utilisé pour cibler M. Lamothe »« Au cours des neuf dernières années, cinq audits indépendants de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA) d’Haïtide l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) et du gouvernement vénézuélien (PDV CARIBE) ont examiné minutieusement la gestion financière de M. Lamothe et n’ont conclu à aucun acte répréhensible de sa part », a soutenu Lamothe dans ce communiqué.

L’ancien Premier Ministre se montre comme « un membre exemplaire de la communauté de Miami depuis ses années d’université, contribuant à l’économie locale grâce à ses entreprises et à la création d’emplois ».Dans un souci de montrer l’impact majeur de ces sanctions sur sa personne, Laurent Lamothe dit avoir été contraint de se séparer de sa famille et ses deux enfants qui résident aux Etats-Unis.

Selon des informations véhiculées par le Miami Hérald, Laurent Lamothe a été informé de la sanction pendant qu’il était aux USA. Il a été obligé de quitter le pays. Et après, les autorités ont annoncé la sanction.

Laurent Lamothe se dit prêt à saisir « toutes les voies légales qui lui sont offertes pour contester la désignation du Département d’État, afin de rétablir son honneur de s’engager en faveur de la vérité et par-dessus tout de retrouver sa famille ». Joint au téléphone, Lamothe fait savoir qu’il n’a jamais résidé aux USA et qu’une demande en ce sens était en cours. Donc, l’ancien premier ministre voyageait avec un visa. 

Avec cette sanction, Laurent Lamothe vient s’ajouter à la liste des personnalités haïtiennes sanctionnées par les Etats-Unis.  

Publicité