Le bénéficiaires de transferts en colère

493

Les statistiques des autorités monétaires haitiennes notamment font état d’une forte hausse des transferts de fonds de la diaspora au cours des 10 dernières années. Les fonds proviennent notamment des parents aux États Unis, au Brésil et au Chili.


Cependant la colère des bénéficiaires s’est intensifiée en raison de la diminution de leur pouvoir d’achat.
Le paiement des transferts en gourde est considéré par de nombreux citoyens comme une sanction pour les classes moyennes et les couches défavorisées de la population.


Ceux qui reçoivent les transferts en gourdes doivent mobiliser des fonds additionnels pour obtenir le montant nominal du transfert.


Ironie du sort de nombreux bénéficiaires de transfert achètent dans le même bureau les dollars qu’il aurait reçu si les fonds étaient versés en devise étrangère.

C’est en fait une double peine pour le bénéficiaire. Au cours des derniers mois certains bénéficiaires dans les villes frontalières ont préféré se rendre en République Dominicaine afin d’obtenir des devises.


Cette réaction du citoyen pénalise l’état Haïtien qui ne perçoit plus de taxe sur ces transactions.


La seconde option, celle du virement bancaire, permet en théorie d’obtenir les devises. Toutefois au cours des derniers mois les banques ont imposé un barème de tirage sur le compte.


Les citoyens et les petites et moyennes entreprises sont des laissés pour compte dans ce système.
Les grandes entreprises ou les multinationales pourront tirer leur épingle du jeu.

LLM /radio Métropole Haïti