Le conseil présidentiel de transition est incomplet

486

Il ne manquerait qu’un délégué pour former le conseil présidentiel de transition.  5 regroupements politiques ont déjà acheminé, aux médiateurs de la Caricom, les noms de leurs représentants.
C’est l’accord du 21 décembre et le parti Pitit Dessalines qui n’ont pas de représentants. La coalition au pouvoir est déchirée par une querelle interne. Il faudra une décision judiciaire pour résoudre le conflit.
En ce qui a trait à Pitit Dessalines,  son représentant sera remplacé par un représentant de la société civile,  croit savoir M. Clarens Renois.
Le chef de file de l’Unir est plutôt optimiste en ce qui a trait à ce format de gouvernance. Il estime possible une cohabitation entre des représentants de 7 regroupements politiques d’horizon divers.
Il espère que les conseillers présidentiels pourront s’inspirer de l’harmonie dans les conseils d’administration des banques haitiennes. Si on ne peut pas travailler ensemble on ne peut non plus vivre ensemble,  argue M. Renois.
De plus il rejette les accusations relatives à une hégémonie de la Caricom faisant valoir que les négociateurs de la Caricom jouent le rôle de médiateur et n’imposent pas leur point de vue.
Le conseil a été choisi sur recommandations des acteurs politiques haïtiens.
LLM / radio Métropole Haïti

Publicité