Le CSPJ réclame un jugement du magistrat Orélien

339

Le juge d’instruction, M. Gary Orélien, est mis en disponibilité par le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire.
Le magistrat, ayant enquêté pendant 7 mois sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, est soupçonné de corruption.


Le dossier est confié au Tribunal disciplinaire, instance habilitée à juger les magistrats accusés de corruption.


Le président de l’Association des magistrats Haïtiens (Anamah), M. Jean Wilner Morin, soutient que son syndicat devra prendre connaissance du dossier pour déterminer si l’Association peut être solidaire du juge Orélien.


Le juge Morin croit que les décisions du CSPJ sont utiles pour faire la lumière sur des accusations de corruption.
Selon le magistrat l’inspection judiciaire, la certification et le tribunal disciplinaire sont des outils pouvant permettre d’assainir l’appareil judiciaire.


Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) avait dénoncé dans un rapport des cas de corruption du juge Orélien dans le cadre des auditions sur l’assassinat du président Moïse.
Il avait été contraint de remettre le dossier en raison du refus du doyen Bernard Saint Vil, d’accorder une prorogation du délai pour l’instruction.


Les dénonciations avaient provoqué une investigation de l’Inspection Judiciaire.

LLM / radio Métropole Haïti