Le dilemme du marché noir de l’essence

588

C’est un nœud gordien, la vente du carburant dans le secteur informel.


Le ministre du commerce assure que le carburant est disponible, cependant l’essence n’est pas dans les tubes des stations.
Les millions de barils d’hydrocarbures, qui se sont volatilisés après leur sortie de Varreux, refont surface dans les rues de la région métropolitaine de Port-au-Prince dans des galons.


Personne ne peut expliquer qui sont les acteurs impliqués dans le détournement des produits pétroliers.
M. David Turnier, président de l’Association Nationale des distributeurs de produits pétroliers (Anadipp), n’y comprend rien. Pour lui il revient à l’état d’assumer ses responsabilités.


La semaine écoulée 8 millions de barils de produits pétroliers étaient sortis du terminal de Varreux. Cependant les stations à essence n’en ont pas vu la couleur.
L’essence livrée pourrait répondre largement à la demande.


La vente du carburant est un véritable dilemme pour les autorités haitiennes, les compagnies pétrolières et les distributeurs.


Ces derniers confient qu’ils ne peuvent poursuivre leur opérations sans un ajustement de la structure des prix.


Pour leur part les compagnies pétrolières envisagent de réclamer le paiement en dollar.


En dernier recours une nouvelle hausse des prix du carburant est envisagée par plusieurs opérateurs du secteur afin de rendre l’essence vraiement disponible.

LLM / Métropole Haïti

Publicité