Le gouvernement doit agir avec la plus grande rigueur contre les bandits, affirme un sénateur

62

Le sénateur Youri Latortue qui se montre extrêmement préoccupé par l’escalade de la violence dans la zone de Martissant (Sud de Port-au-Prince) appelle le gouvernement à agir avec fermeté pour contrecarrer l’action des gangs armés dans les quartiers populaires « Ti Bois » et « Grand Ravine ». Le président de la Commission sécurité du Sénat de la République rejette la thèse des problèmes sociaux véhiculée par des secteurs pour tenter de justifier les violences à la capitale haïtienne. Le parlementaire fait remarquer que les habitants des zones reculées du pays qui vivent dans des conditions extrêmement difficiles ne se livrent pas aux actes de banditisme afin de résoudre leur problème. Le sénateur Youri Latortue réclame une fois de plus la constitution d’une unité spécialisée dans la lutte contre les gangs armés pour accompagner la Police haïtienne. « Il faut agir vite pour freiner l’action des bandits…nous n’avons pas de temps à perdre », a notamment déclaré M. Latortue à Radio Métropole précisant que la Mission onusienne de stabilisation en Haïti (Minustah) pourrait assurer la formation et l’entrainement de cette unité. Le Premier ministre Jacques Edouard Alexis a indiqué récemment qu’aucune forme d’insécurité politique ne sera tolérée. « Rien ne peut justifier aujourd’hui l’insécurité politique en Haïti. Si l’insécurité est de nature politique, nous allons la combattre énergiquement », a-t-il déclaré.Le chef du gouvernement haïtien qui affirme que la force doit rester au droit a annoncé l’application de la politique de « la carotte et du baton » pour mettre un terme à l’action des bandits. « Nous n’allons pas tolérer que des bandits continuent de perpétrer des crimes contre la population en toute impunité », a-t-il lancé. Plus d’une dizaine de personnes auraient été tuées jeudi et vendredi derniers dans le quartier de « Ti Bois », à Martissant (Sud de Port-au-Prince), selon les témoignages des résidents de cette zone. Ils indiquent également qu’un nombre indéterminé de maisonnettes ont été incendiées lors de ces violences.Les résidents du quartier de « Ti Bois » dénoncent les exactions commises par les gangs armés de « Grand Ravine » précisant que des enfants et des personnes âgées ont été sauvagement assassinées en fin semaine dernière. Les résidents de « Ti Bois » font également état de la présence de charnier où les gangs armés procèdent à l’inhumation de leurs victimes dans des conditions jugées scandaleuses.