Le gouvernement fait le bilan de l’exposition agro-artisanale du 1er mai

313

Le gouvernement se félicite du déroulement de la foire gastronomique et artisanale organisée du 30 avril au 1er mai 2002 à l’occasion de la fête de l’agriculture et du travail. En conférence de presse , le vendredi 3 mai ,le ministre des affaires sociales ,Eudes Saint-Preux Craan, a indiqué que l’exposition a accueilli environ 500 mille visiteurs. Ce chiffre, selon Madame Craan, témoigne de la volonté de la population d’encourager la production nationale.Pour sa part, le ministre de l’agriculture, Sébastien Hilaire, a déclaré n’être pas en mesure de comparer l’exposition de cette année à celles des années précédentes. Cependant, M. Hilaire a mis l’accent sur l’importance de la variété des produits et articles qui constituaient cette dernière édition. Cette année, l’alphabétisation était au centre de toutes les activités de la foire agro-artisanale comme le voulaient les autorités lavalas. La secrétaire d’Etat à l’alphabétisation, Maryse Guiteau, a fait l’éloge notamment des 100 classes d’alphabétisation qui fonctionnaient lors de cette activité au Champs de Mars et a révélé que près de 32 mille plats ont été vendus dans les « resto-alpha » à raison de cinq (5) gourdes l’unité. Selon le gouvernement lavalas, la foire du 1er mai à Port-au-Prince a coûté aux contribuables haïtiens six millions de gourdes. Jusqu’à la fermeture de la foire le 2 mai, l’Etat a receuilli des exposants une contribution forfaitaire de près de 23 mille gourdes, a précisé le docteur Eudes Saint-Preux Craan. La ministre des affaires sociales dit espérer qu’à l’avenir la foire de la fête du travail sera rentable pour le trésor public. Interrogés sur le coût onéreux de certains produits exposés à la foire, les responsables n’ont pas voulu faire de commentaires soulignant que les prix ont été fixés par les exposants. Le bilan des autorités gouvernementales ne relève pas de lacunes dans l’organisation de cette exposition. La ministre des affaires sociales a souligné comme inconvénient le manque d’espace consacré aux participants. Pour Eudes Saint-Preux Craan, d’autres sites du Champ de Mars devront être ouverts aux exposants lors des prochaines éditions de la traditionnelle foire agro-artisanale du 1er mai à Port-au-Prince.

Publicité