Le gouvernement préoccupé par l’insécurité

198

Le ministre haïtien de la justice et de la sécurité publique, Pierre Richard Casimir, se dit préoccupé par la hausse des actes de violence dans la région métropolitaine.Il soutient que cette situation est récurrente à chaque période de fin d’année. Les responsables du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) planchent sur de nouvelles dispositions pour freiner les actes de violence. Le garde des sceaux a tout de même expliqué que le déploiement des forces de l’ordre dans les diverses artères de la capitale est limité en raison des effectifs concentrés sur les manifestations. L’Opposition réalise depuis plusieurs semaines une série de manifestations pour protester contre les résultats des élections et réclamer le départ des conseillers électoraux. M. Casimir, reconnaît le droit de manifester garanti par la constitution, mais signale que les effectifs utilisés ne peuvent être déployés dans les points fixes ou patrouilles. Les policiers sont  » sur sollicité » parce que les manifestations sont très régulières, dit-il. Il y a donc une relation de cause a effet mais le ministre soutient qu’il n’insinue pas que les manifestations de l’opposition soient la cause de l’insécurité. Cette situation risque de perdurer puisque les leaders de l’opposition entendent poursuivre les manifestations jusqu’à la fin de l’année. Le week end écoulé des bandits armés avaient tué deux personnes se rendant à une cérémonie nuptiale dans la zone du marché Salomon. En outre des tirs sont entendus dans certains quartiers de la capitale depuis la publication des résultats de la présidentielle. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité