Le gouvernement signe des accords avec les coopératives et les sociétaires en difficulté.

269

L’Exécutif Lavalas à travers les ministres du plan , de la justice et des finances tente de donner un second souffle au mouvement coopératif en pleine crise de confiance . Les responsables gouvernementaux ont annoncé la signature de deux (2) accords avec des coopératives en difficulté et des sociétaires ruinés , le vendredi 19 juillet 2002 . A en croire le gouvernement , les déposants devront faire preuve de grande patience et de persévérance s’ils veulent récupérer une partie de leurs capitaux. Pour l’heure, les instances concernées reçoivent les plaintes des sociétaires et travaillent en étroite collaboration avec le Conseil National des Coopératives (CNC) en vue de faire une estimation. Et en fonction de cette évaluation, le gouvernement déterminera les modalités de la restitution qui doit se faire sous forme d’avance, selon le ministre des finances Faubert Gustave qui précise que les décaissements limités ne se feront pas du jour au lendemain. Toutefois, M. Gustave réaffirme la volonté du gouvernement de résoudre la crise qui frappe les coopératives d’épargne et de crédit . Les coopératives concernées doivent également assumer leurs responsabilités pour fournir aux sociétaires l’autre partie de leurs placements. Parallèlement, des instructions formelles sont passées à la police pour récupérer les biens des coopératives qui ont été saisies. Outre les démarches entamées par le gouvernement et le CNC, des firmes étrangères apportent leur appui aux coopératives en difficulté pour tenter de relancer le mouvement. Une fois la crise résolue, les coopératives devraient repartir sur de nouvelles bases. Une loi récemment votée place ces institutions sous la tutelle de la Banque Centrale qui exercera désormais un contrôle rigoureux sur leur fonctionnement , assurent les dirigeants . Pendant ce temps, le CNC a déjà enregistré les plaintes d’environ neuf (9) mille sociétaires . Le directeur du Conseil National des Coopératives , Henriot Pétiote, précise que plusieurs secteurs étudient les pièces déposées par les victimes afin d’éviter toute tentative de fraude dans le processus . Le président Jean Bertrand Aristide a récemment affirmé que le Trésor Public financera le dédommagement des sociétaires lésés qui devraient , selon lui , disposer d’une certaine somme avant la rentrée scolaire de septembre . L’Initiative des Coopératives (INICOOP) évalue à six (6) milliards de gourdes la dette à rembourser par l’Etat aux sociétaires victimes d’escroquerie .

Publicité