Le gouvernement sort renforcé de la séance d’interpellation

145

Les députés ont renouvelé leur confiance au premier ministre Jacques Edouard Alexis à l’issue de la séance d’interpellation du jeudi 28 février.63 députés ont rejeté la motion de censure présentée par les députés interpellateurs, au terme de plus de 9 heures de débat.Le premier ministre a la fin de la séance a remercié les députés qui ont exprimé leur confiance au gouvernement. » Nous ne prenons pas ce vote comme un cheque en blanc « , a déclaré M. Alexis admettant que des difficultés causent des retards dans l’action du gouvernement.Jacques Edouard Alexis promet d’œuvrer afin d’améliorer l’efficacité du gouvernement afin qu’il puisse répondre aux attentes des élus et du peuple.Il a également invité les députés a rejoindre les sénateurs dans le cadre des consultations sur les stratégies pour faire face à la cherté de la vie.La séance a été courtée grâce à une tactique utilisée par le député Steven Benoît (Lespwa) contraignant le président de la chambre basse à passer directement au vote.Le député Benoît, supporté par 25 de ses collègues, a surpris les députés interpellateurs en soumettant au bureau sa proposition qui visait à mettre fin au débat.Des échanges houleux ont eu lieu pendant une vingtaine de minutes avant que l’assemblée par 61 voix pour appuie la proposition de Steven Benoît.Le député Fritz Gerald Bourjolly aura beau essayer d’obtenir une suspension de séance réclamant une enquête sur un cas de corruption a l’usine de Darbonne.