Le gouvernement veut lutter contre l’insécurité alimentaire

390

 

Le Premier ministre, Dr. Ariel Henry, a présidé, le vendredi 6 janvier, au ministère de l’Agriculture, la cérémonie de présentation du sous-programme sectoriel de sécurité alimentaire.

Par cette initiative, le gouvernement, à travers le ministère de l’Agriculture, entend mettre en place un programme de protection et de promotion sociale, et disposer d’un appui spécial à la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les 10 départements du pays. Ce programme vise à réduire l’impact des chocs sociopolitiques et économiques sur les conditions de vie des couches les plus vulnérables de la population. Ainsi, ce projet entend répondre aux besoins urgents de la population dont 4.7 millions se trouvent déjà en insécurité alimentaire.

Selon un communiqué de la primature, le sous-programme sectoriel de sécurité alimentaire consiste également à améliorer la disponibilité des produits agro-alimentaires locaux à court terme, à faciliter en quantité et en qualité suffisantes des produits aux ménages par le désenclavement des routes rurales sur une période de 9 mois (de janvier à septembre 2023).

Ce sous-programme vise à la prise en compte de la cartographie de la production nationale sur toute l’étendue du territoire. Ce sera également l’occasion pour le gouvernement de fournir un appui ciblé à la production agricole en garantissant aux planteurs, cultivateurs et agriculteurs un meilleur accès aux intrants et à la préparation du sol, la mise en place et la réparation des pompes hydrauliques et solaires et des plans d’eau et un renforcement des filières de l’élevage

Le gouvernement prévoit, à travers ce projet, de développer une série d’activités à haute intensité de main d’œuvre dans les zones ciblées. Avec les actions de curage, de reprofilage et réparation des systèmes d’irrigation, la protection et la revégétalisation des berges, les travaux de réhabilitation et de conservation de sols, près de 40 000 mille emplois temporaires, sur une période de 40 jours en moyenne, vont être créés. Ainsi, les dirigeants pourront répondre efficacement aux urgences liées à l’insécurité alimentaire qui plane sur le pays et rend très vulnérable les populations des départements de la Grand’Anse, des Nippes, de l’Artibonite, du Nord-Est, du Nord-ouest, et des quartiers de la région métropolitaines de Port-au-Prince.

Publicité