Le Parquet de Port-au-Prince est décrié assure FJKL

312
Someone wearing black shirt pressing the imbalance scale on black glass desktop and black background, cheating in a lawyer's office, Concept of injustice, espionage, partiality, law.

Il faut restaurer l’autorité morale du Parquet, explique l’un des dirigeants de la Fondation Jé kleré (FJKL), Mme Marie Yolene Gilles. L’organidation de défense des droits humains qualifie le Parquet de repaire de bandits qui multiplie les exactions.


Entre autres la vente des mandats d’amener, un commerce qui attire de nombreux clients.
Les parquetiers sont également impliqués dans les spoliations de terrain.


La FJKL n’y va pas avec le dos de la cuillère en critiquant l’ex commissaire du gouvernement. M. Jacques Lafontant n’avait pas l’intégrité morale pour diriger le Parquet, tranche Madame Gilles.


Elle presse le nouveau chef du Parquet, M. Jean Elder Guillaume, a rendre effective la lutte contre le blanchiment des avoirs. Il faut que des juges spécialisées aient la charge des dossiers de blanchiment.


En outre la FKKL appelle les parquetiers à ne plus intervenir dans les dossiers traités par les juges d’instruction.
Dans un autre registre la FJKL rappelle que le cambriolage des corps du délit était reçurent ces dernières années.
En ce sens l’organisme recommande la création d’une commission spéciale chargée de sécuriser les corps de du délit.


Nous attendons pour voir le commissaire à l’oeuvre, a dit Mme Gilles réclamant un processus de certification des substituts.

LLM / Métropole Haïti

Publicité