Le Premier Ministre Henry réalise un large consensus

852

Le deuxième gouvernement du Premier Ministre M. Ariel Henry peut être considéré comme étant le fruit d’un consensus entre des acteurs politiques et socio-économique importants.
Il s’agit en fait d’un replatrage qui permet l’intégration des formations politiques de l’opposition radicale à Jovenel Moïse.


Le parti Ranfo de Tolbert Alexis revient dans une coalition gouvernementale. La Vice présidente de cette formation politique, Raymonde Rival, occupe le siège de ministre de la jeunesse et des sport.


Le PHTK conserve des portefeuilles importants et décroche d’autres postes.
M. Nesmy Manigat, qui fut Ministre de Martelly revient au ministère de l’éducation.


Des alliés du PHTK au sein du premier gouvernement de M. Henry conserve leur postes. Entre autres le ministre de la défense docteur Enol Joseph, représentant du KID.


Les leaders de l’opposition radicale y trouvent leur compte également. Pitit Dessalines conserve le ministère de l’intérieur et le Secteur Démocratique et Populaire décroche le porte feuille de la planification.


L’un des dirigeants de la Fusion des sociaux démocrate, Ing Rosemond Pradel, intègre également le cabinet ministériel dans le département des travaux publics transport et communication.


Des representants de la société civile ayant combattu le président Moïse ont décroché des portes feuilles. M. Berto Dorcé, ancien avocat de la Sogener, est le nouveau ministre de la justice.


Associer le nouveau avec l’ancien c’est le principal defi de ce gouvernement.
Si cette formule est interdite dans la Bible elle semble être le creddo du Premier Ministre Henry qui est réputé pour être un bon médiateur.


M. Henry a accepté d’abandonner le ministère des affaires sociales pour celui de la culture et de la communication.
Une originalité pour un neuro chirurgien.

LLM / radio Métropole Haïti